Lun 2 Oct - 16:26


 



Entrainement du matin

 
Feat. Joshua McMillan & Lawrence Llewellyn



 


Mon réveille à sonner très tôt ce matin. Comme tous les matins. Je suis dans une chambre que je ne connais pas. C’est une chambre qui m’a été attitrer à titre temporaire en attendant mon affectation à ma chambre définitive dans l’internat. Je suis donc seul dedans, au moins mon réveille n’a dérangé personne aujourd’hui. Je m’étire de tout mon long dans le lit avant de m’en expulser. Je trouve vite es habille que j’enfile rapidement. Pas de temps à perdre j’ai préparé mes affaires de sport la veille pour plus d’efficacité au saut du lit. Je m’attarde quelque instant sur la porte de l’armoire sur la quel la veille j’avais fixé à l’aide du papier collant le manifeste du Sky-Runner. Et comme tous les matins avant d’aller m’entrainer je le lis assidument.

Kiss or Kill. Embrasse la gloire ou meurs en t’y essayant …
Perdre, c’est mourir; gagner, c’est se sentir vivant. La capacité à lutter fait la différence : elle façonne une victoire ou un vainqueur. Combien de fois as-tu pleuré de rage ou de douleur ? Combien de fois as-tu perdu la mémoire ? Combien de fois t’es-tu retrouvé sans voix et privé de bon sens pour cause d’épuisement ? Et combien de fois dans cette situation t’es-tu dit : « Encore ! Quelques heures de plus ! Une autre côte ! La douleur n’existe que dans ton esprit. Contrôle-la, détruis-la, élimine-là et continues. Fais souffrir tes adversaires. Achèves les » ? Je suis égoïste, hein ? Le sport est égoïste. Il faut être égoïste pour savoir se battre, souffrir, pour aimer la solitude et son enfer, pour s’arrêter, tousser, se geler, ne plus sentir ses jambes, avoir des nausées, vomir, avoir des maux de tête et des bleus, saigner… Mais qu’y a-t-il de mieux au monde ?
Le secret n’est pas d’avoir de bonnes jambes. Le secret, c’est avoir la force d’aller courir, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige ; quand les éclairs s’en prennent aux arbres que tu frôles, quand la tempête de neige ou de grêle cingle tes jambes et ton corps dénudé, et te fait pleurer. Pour continuer, il faut sécher tes larmes afin de distinguer les cailloux, les murs ou le ciel. Il faut renoncer à des soirées, te justifier sans cesse, dire non à une fille, oublier la douceur des draps sur ton visage. Il faut tout envoyer balader et sortir sous la pluie jusqu’à ce que saignent tes jambes abîmées par les chutes dans la boue. Et te relever pour avancer … Jusqu’à ce que tes jambes te hurlent « Assez ! » et qu’elles te laissent à la merci de la tempête, a beau milieux des sommets les plus reculés. Jusqu’à la mort.
Le collant trempé par la neige que le vent fait tourbillonner, qui te fouette le visage et qui fait geler ta sueur. Corps léger, jambes aériennes. Sentir à quel point la pression de tes jambes sur le sol et le poids de ton corps tout entier sur tes métatarses peuvent fendre les pierres, anéantir les planètes et déplacer les continents. Sentir tes deux jambes suspendus dans l’air plus vives que celles d’un guépard, te prendre pour un aigle en plein vol. Ou en descente perdre pied dans la neige et la boue, juste avant de te relancer pour te sentir libre, pour voler, pour hurler de rage, de haine et d’amour, au cœur de la montagne… Là où seuls les rongeurs les plus téméraires et les oiseaux blottis dans leur nid sous les rochers peuvent te comprendre. Eux seuls connaissent mes secrets, mes peurs. Parce que perdre, c’est mourir. Et on ne peut pas mourir sans avoir tout donné, sans avoir éclaté en sanglots de douleur à cause des blessures. Impossible d’abandonner. Il faut lutter jusqu’à la mort. Car la gloire est tout ce qui compte, et que c’est à elle seule qu’on doit aspirer, quitte à se perdre sur le chemin qui y mène, en ayant tout donné. Il faut lutter, souffrir, mourir… L’heure est venue de souffrir, de lutter. L’heure est venue de gagner …
Embrasser ou mourir.

J’attrape une barre de céréale qui fera office de premier petit déjeuner que je mange tout en sortant de la chambre. Je suis prêt pour attaquer ma journée. Je marche d’un pas vif jusqu’au complexe sportif W. Il est encore très tôt et il fait frais. Le jour n’est pas encore tout à fait levé quand j’arrive au complexe. Les jours ont commencé à raccourcir sérieusement en ce début d’automne. J’entre dans le vestiaire vide. Je trouve rapidement un casier et je me change rapidement. Short, t-shirt respirant et baskets. Il fait frais mais j’aurais bientôt assez chaud. C’est la première fois que je suis aussi loin de mes montagnes. Pour courir maintenant il va falloir que je m’habitue au plat, quelle tristesse mais c’est toujours mieux que de ne pas courir du tout. Je sors enfin du vestiaire à l’aire libre et rejoint le terrain de foot extérieur. Le terrain est petit et la pelouse est abimé mais il sera parfait pour un entrainement de fractionné. Je commence doucement par échauffer mes articulations et puis quelques étirements. Puis me voilà parti pour plusieurs tours de terrain à une vitesse de croisière de 6min au kilomètre. Tranquille, pour les tours d’échauffements. Je commence à sentir le travail. Mon cœur accélère légèrement mes muscles perde petit à petit l’engourdissements du sommeil. Le ciel est dégagé et il semblerait que cette journée est en elle la promesse d’être spécial.


   
 

 


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
 
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2017
Age : 20
Emploi/loisirs : Etudient / photographie et course à pied
DC : aucun
Chambre : 1
Possédé par : Personne pour le moment
Numéro de téléphone : ICI
Voir le profil de l'utilisateur http://lilyhebert-portfolio.fr/




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Oct - 20:04
La sonnerie. Je la coupais d'un geste habituel. Je m'étirais dans mon lit, je roulais une fois dedans. L'envie de me rendormir s'était faite dans mon esprit. Mais l'instant d'après, elle avait disparu. J'avais voulu m'entraîner tôt ce matin. Avant les cours, pour être réveillé, en forme. C'était l'une de mes bonnes volontés du début d'année. Mais bon. Je n'étais pas certain de continuer cela. Qui arrivait vraiment à les conserver ? Enfin, si vraiment j'étais bien réveillé après pour les cours, c'était tant mieux. Au moins je serai attentif et j'aurais de bonne note par après. Je l'espérais.

J'arrivais alors à m'extirper du lit. Je m'habillait rapidement. Un pantalon, un t-shirt un rien trop large et bariolé et pour finir un pull. Le matin, il faisait froid. Et le temps d'aller sur le terrain de sport, je n'avais pas envie de me choper un rhume.
Avant d'enfilé mes baskets, je mis mes lentilles. Je n'avais pas envie de porter mes lunettes de la journée, ni de courir avec ou en aveugle. C'était chiant. J'ouvris le petit pot où elles trempaient. J'en saisit une et hop ! Elle se retrouvait dans mon oeil. D'un même geste habitué, l'autre fus mise également.
Chaussure aux pieds, je quittais ma chambre sans même avoir prêter attention à mon colloc. Je dirigeais alors vers le terrain et ses vestiaires. Je déposais là mon pull. Le reste de la tenue que je portais était adaptée à ce petit footing matinal que je voulais faire. J'avais l'intention de retourner après dans ma chambre pour me changer et même prendre une douche.

Ainsi allégé, je me dirigeais donc vers l'extérieur. Je n'avais pas déjeuné car je savais pertinemment que j'allais avoir faim après. Et de toute manière, je n'avais pas faim maintenant. De toute manière le but n'était pas de me fatigué ce matin. Juste de reprendre mes marques, me réveiller, garder la forme. J'allais de toute façon faire l'entraînement en fin de journée avec le club de sport. Et celui-là sera beaucoup plus crevant... Il faut donc que je m'économise un minimum.
Je m'étirais les muscles tout en observant la piste. Quelqu'un avait eu la même idée que moi et courrait déjà. J'attendais que ce jeune homme finisse son tour pour ensuite m'élancer et courir à sa suite. Je n'aimais pas trop être suivi. Mais suivre quelqu'un, c'était plus motivant.

J'avais le sourire aux lèvres. J'avais envie de lui parler à ce jeune inconnu. A le voir courir ainsi, je m'apercevais bien qu'il avait l'habitude. J'attendrais qu'il ait fini pour entamer une discussion. Et si je ne pouvais pas le faire ce matin, je le retrouverais bien, non ?

Ayant donc cette idée derrière la tête, je courais en silence pour économiser mon souffle. Je sentais bien que je m'étais trop relâché pendant l'été...
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 19/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Oct - 15:55


 



Entrainement du matin

 
Feat. Joshua McMillan & Lawrence Llewellyn



 


Alors que j’étais complètement absorbé par mes pensées. Comme c’est souvent le cas lorsque je cours, je senti un regard se poser sur ma nuque et un pas qui me suivait. Je n’avais absolument pas remarqué que quelqu’un c’était joint à la piste. Je tournais rapidement ma tête vers l’arrière pour voir de qui il s’agissait. C’était un jeune homme un peu plus jeune que moi qui courait tout sourire au lèvre. Je n’étais donc pas le seul tarer à me lever avant les poules pour aller courir. C’était bon à savoir. Cela dis au son que fessaient ses pas et sa respiration il semblait qu’il n’avait pas couru depuis quelques mois.

Je fini par ralentir ma cadence pour courir à son rythme. Ce n’était vraiment pas quelque chose de facile pour moi. Je me retrouvais rapidement à courir en sous rythme à une cadence désagréable pour moi et du cou beaucoup plus fatigant. Mais que serais un entrainement sans un peu de difficulté. Et puis ainsi à côté de lui je pouvais mieux le voir.

C’était un jeune homme, il devait faire exactement la même taille que moi, c’est-à-dire 1,79 mettre. Ses cheveux étaient bruns assez court. De très beaux yeux en amande de couleur vert et très expressifs. Des lèvres fines, un long nez. Bien qu’il semblait ne pas avoir terminer totalement ça croissance contrairement à moi, Il était bâti comme un sportif. Mais je n’aurais su dire quel sport il pouvait bien pratiquer. La seule chose qui était certaine c’est que la course à pied lui servait d’entrainement mais cela n’était certainement pas son sport de prédilection. Bref en tout cas il était on ne peut se mentir plutôt craquant. Il devait faire facilement tourner les têtes et fendre les cœurs sur son passage.

Je lui adressais un sourire franc avant d’entamer la discussion.

- Salut je suis Joshua McMillan, je viens tout juste d’arriver au Liberum. Tu peux m’appeler Josh si tu préfères.

Je lui lançais alors un clin d’œil discret.

- Tu viens souvent courir de si bon matin ?

Bien que cela me plaisait de rencontrer quelqu’un, un sportif d’autant plus je n’oubliais pas que j’étais là pour m’entrainer et que les séances de fractionner étaient des plus importante pour ma condition physique. J’espérais que cela ne le dérange pas et peut être même qu’il se joindrais à moi.

- Après l’échauffement j’avais prévu une séance de courses fractionné 3 fois 8 séries de 1’45" à 105% de VMA et avec 45" de récup entre les répétition et 2’ de récup entre les séries. Ça te dis de les faire avec moi ?

Peut-être que s’il ne voulait pas se lancer dans la séance avec moi, resterait-il quand même là pour continuer à discuter pendant les récupérations et faire le chemin de retour au Liberum ensemble.



   
 

 


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
 
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2017
Age : 20
Emploi/loisirs : Etudient / photographie et course à pied
DC : aucun
Chambre : 1
Possédé par : Personne pour le moment
Numéro de téléphone : ICI
Voir le profil de l'utilisateur http://lilyhebert-portfolio.fr/




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Oct - 19:21
Je ne m'étais pas vraiment attendu à cela. L'autre ralentit son rythme pour courir à ma hauteur. Il entama alors la conversation, en souriant. Il se présenta et me donna une indication sur lui. Ainsi Josh était nouveau dans cet établissement. Je me demandais combien de temps il lui faudrait pour s'habituer à ce lieu et ces méthodes peu conventionnelles. Je lui répondis, lui rendant son sourire.

-Moi c'est Lawrence. Et non, je ne viens pas souvent le matin. Mais j'essaye d'avoir une nouvelle habitude.

En dire plus en courant me semblait compliquer. Et puis, je n'avais pas forcément envie de m'étaler sur ce que je faisais ou comptais faire alors que je n'étais pas sûr de tenir cette nouvelle entreprise de ma part.
Josh me proposa alors une série d’entraînement qu'il allait faire par la suite. Je le fixais un instant, tout en courant, avant de regarder à nouveau devant moi, esquissant un maigre sourire.

-Pas trop. Je t'avoue que j'ai rien compris à ce que tu viens de me raconter. Mais je veux bien te tenir compagnie quand tu le feras.

Je n'étais pas un spécialiste de course. Le jargon spécifique aux autres sport m'était totalement inconnu. Je maîtrisais le mien, c'était déjà pas mal à mon sens.
HRP:
 
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 19/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Oct - 9:20






Entrainement du matin

Feat. Joshua McMillan & Lawrence Llewellyn






Le jeune homme répondait au nom de Lawrence. Ça lui allait bien. Il semblait vouloir se créer une nouvelle habitude de venir courir tous les matins. Mais j’étais bien placer pour savoir que ça n’allait pas forcément fonctionner du premier coup. Il faut faire ça de manière progressive si on veut pouvoir s’y tenir.

-Tu sais venir courir une ou deux fois par semaine c’est déjà pas mal pour commencer. Après l’envie de rajouter des séances vient petit à petit. Et puis venir qu’une ou deux fois c’est moins contraignant aussi.

Toutefois il semblait vouloir rester me tenir compagnie pour la fin de ma séance. Je retirais mon t-shirt car je commençais à avoir trop chaud et j’allais avoir encore plus chaud dans les quelques minutes suivante.

-Bon du cou je ne vais peut-être pas faire autant de séries que j’avais prévu. De toute façon je reviens se soir.

Je mis mon chrono en route sur ma montre de tel sorte qu’elle me bip le moment de fractionné. Et j’étais parti pour ma première phase de 1’45 minutes en sprint total. Mon cœur semblait doucement se mettre à battre fort. Puis je pris 45 seconde de pose. Et répétait l’opération 8 fois. 0 la fin de cette première série mon cœur battait à tout rompre et voulait comme sortir de ma poitrine. Mais après 2 minutes de repos je repris une nouvelle fois la même routine. Je me laissais tomber au sol après la huitième fois. Normalement je devrais repartir pour un troisième cycle, mais je ne voulais pas infliger ça à Lawrence. D’autant plus qu’il était courant que je me donne tellement à fond dans la dernière série quand j’en vomissait systématiquement mes trips. Je ne voulais pas donner une mauvaise impression dès la première rencontre. Donc m’arrêter à la deuxième série en m’écroulant au sol était une bien meilleure idée. Mon cœur battait à tout rompre et une pellicule de sueur recouvrait mon corps. Une fine brise salvatrice soufflait. Le ciel au-dessus de ma tête était complètement bleu.


   



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 24/09/2017
Age : 20
Emploi/loisirs : Etudient / photographie et course à pied
DC : aucun
Chambre : 1
Possédé par : Personne pour le moment
Numéro de téléphone : ICI
Voir le profil de l'utilisateur http://lilyhebert-portfolio.fr/




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters x Servants :: Zones Communes :: Complexe Sportif W. Webb Ellis :: Terrain de Football-