Gabriel , l'enfant du péché || FINI ||

 :: Admission au Liberum :: Bureau des Inscriptions :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 22 Juin - 1:33
Master
Gabriel J. Vedeneïev


Nom: Vedeneïev
Prénom(s): Gabriel Jared
Age: 16 hivers
Né le: 12.12.2001
Groupe: Master
Classe: 1ere année de lycée.
Gokotai/ touken ranbu

Caractère

Aussi fragile qu’un flocon en plein mois d’été, Gabriel est-ce qu’on pourrait qualifier d’adorable. Sa bouille d’enfant donne l’impression d’innocence et de douceur. Dans sa tête, c’est tout aussi comparable. Il aime croire à une seconde chance, pardonner et tendre la main à nouveau. Il n’aime pas juger les gens sur leur simple apparence ou ce qu’il en dégage. Il a la curiosité d’en savoir toujours plus sur la personne en face de lui. Son sourire angélique saurait réparer les cœurs fissuré par l’usure du temps. Malgré son jeune âge et son air d'enfant immature. Gabriel sais ce montrer très adulte et mature. Cela surprend parfois.  

Bien qu'il soit un peu timide, il aime allez vers les autres, surtout si c'est pour ce faire des amis! Il aime l’honnêteté et déteste les mensonges. C’est quelque chose d’important pour lui. C’est pour ça qu’il est toujours franc envers les autres, même si parfois, il ferait mieux de se taire. La vérité n’est pas toujours bonne à entendre. Pourtant, il a le courage de dire ce qui lui traverse l’esprit. Sauf si bien sûr, c’est trop blessant. Il ne souhaite de mal à personne, servant bien souvent de confident. Il ne se le cache pas, il aime les ragots et le commérage. Mais lui sera surtout celui qui en sait plus que les autres sans rien dévoilé de ces secrets. Il n’aime pas divulguer les secrets, ni mêmes rependre une rumeur, c’est un peu comme ouvrir la boite de pandore. Bien sûr, il ne cachera pas un secret qui peut avoir un danger pour autrui.

Gabriel est un peu rêveur, cela lui arrive parfois de fixer un point le regard vide, la tête ailleurs, imaginant mille et une histoires. Parfois, c’est juste la suite d’un livre qu’il a lu, revisité à sa manière, parfois juste un fantasme qui lui traverse l’esprit. Il n’est pas si aisé de deviner ses intentions. Par contre, son visage peut-vous en donner quelques indices. Si vous avez tapé dans le mille, il est possible qu’il vous adresse une mine boudeuse durant le court de votre journée. Sinon, c’est un visage qu’il essaie de garder le plus lumineux possible. Même si parfois son cœur le pince et qu’il voudrait hurler toute la douleur qu’il accumule avec le temps.

La petite tête d’ange aime beaucoup lire, il est très assidu sur ses études. C’est un de ses moyens de ne pas sombres dans une sorte dépression. Il aime apprendre, découvrir de nouvelles choses, ce qui fait de lui la tête d’ampoule de sa classe. Souvent pointé du doigt à cause de ça d’ailleurs. Il n’en tient pas rigueur, il a ses projets en tête et ce n’est pas quelques moqueries qui vont l’empêcher de les réaliser.  

Il a surtout cette volonté profonde de se rapprocher de son père. Le sachant dans le même établissement que lui le rend nerveux et un peu maladroit. Il ne sait pas trop comment s’y prendre. Lui dire la vérité ou taire le lourd secret comme on le lui a demandé ? Le choix est si dur pour lui qu’il peut parfois perdre pied et dans ce cas se renfermer comme une huître, s’isolant de tous, juste le temps que le calme revienne.  

Physique

Gabriel ressemble à une poupée. Une chose fragile qu’on oserait toucher de peur de la briser au moindre faux mouvement. Pour son âge, il n’est pas très grand, sa taille est d’un mètre cinquante-huit précisément. Bien qu’il essaie de grandir au plus vite, voulant devenir un homme fort pouvant protéger la veuve et l’orphelin. Sa carrure est très maigre. Ses carences dues à son alimentation ont mis des bâtons dans les roues de sa croissance. C’est vrai qu’on pourrait le confondre avec un enfant. Sa chevelure est blonde, voir presque argenté, ce qui lui donne cet air encore plus innocent. Ses yeux ne sont pas bleus, contrairement à ses idées clichées. Non les siens sont ambrés, un marron très si clair qu’au soleil, il paraisse d’or. Bien que son visage puisse paraître calme, ses yeux eux sont très expressifs et il suffit de lire en lui pour véritablement connaitre le fond de sa pensée.

Bien qu’il ne le laisse pas paraître, Gabriel a peur de dévoiler son corps. Il le trouve hideux, pas tant par sa maigreur, ni par le teint blafard. Mais par les quelques cicatrices du passé. La plus marquante est celle dans son dos. Il en a honte, et devient presque fou de rage si on cherche à le déshabiller sans qu’il n’y soit prêt. Il tente tant bien que mal à dissimuler ce corps. Le moment qu’il redoute le plus sont les cours de piscine. Il porte alors un maillot comme on en a connu dans les siècles précédents, lui cachant le torse. Ainsi, il peut tout de même nager librement, bien qu’il essuie les moqueries des autres.

Coté vestimentaire, il n’est pas bien difficile, il porte d’ailleurs des vêtements un peu trop grands pour lui. Allant du short à la tenue de ville. Parfois, on le prend pour une fille ce qui a tendance à le rendre fou de rage et prend cet air boudeur qui ferrait fondre les cœurs. Mais Gabriel est bel et bien un homme, rassuré vous là-dessus ~

Histoire

« Maman… Qu’ai-je fait pour mériter ce regard sans amour… »
Ta naissance est une nuisance. Elle n’est pas voulue. Ton petit cœur qui bat à chaque seconde lui donne l’envie de vomir. Elle pleure de rage à chaque mois qui passe. Ton histoire n’est pas rose dit moi petit ange. Laisse-moi en conté le début.

Ta mère est une fille de joie, D’origine russe, elle est venu rejoindre les USA par les conseils d’un ami, elle a fini prostituée afin de pouvoir se payer les fins de mois. Enfin, il faut dire qu’elle n’a rien trouvé d’autre. Où peut être qu’elle y a été obligée, les détails ne sont pas si précis que ça. Dans tous les cas, cela s’est passé il y a dix-sept années. Un soir dans un bar, un homme riche avait payé une somme assez coquette pour que son fils soit la cible. C’est ta mère qui fut mise à contribution pour son dépucelage. Autant dire que la joie n’y était pas des deux côtés. Mais le travail, c’est le travail. Quelque mois après ta maman avaient arrêté un peu ce travail, trouvant un emploi stable, du moins elle ne vendait pas son cul à tout-va. Sauf qu’un matin après un vomissement hâtif. Un doute l’envahit. Et ce doute lui procurait comme des sueurs froides. Sans trop hésiter, elle acheta un test de grossesse. Les mains tremblantes quand elle vit qu’il était positif. Sachant comment réagir, elle restait là sans rien dire. Avant de se révolter. Pas moyen pour elle de devoir mettre au monde un enfant venu d’une prostitution. Allant voir un médecin voulant à tout pris ce débarrassé de cette chose qui vit dans son corps. Malheureusement, il lui annonça que l’avortement n’était plus envisageable. Elle en pleura durant trois jours. Avant d’aller voir l’homme qui lui avait proposé son travail. Les yeux rougis par la colère et la peur.

Bien sûr, ce n’est pas évident de rencontrer une personne qui a autant d’influence. Autant te dire que lui apprendre que ta mère était enceinte n'était pas chose facile. Elle fut d’abord rejetée puis finalement quand elle comprit qu’elle pouvait faire du chantage, elle n’a pas hésité un instant avant menacé de crier au scandale et de salir la réputation de cette famille. Finalement, l’homme lui donna raison. Payant alors son silence en échange d’élever cet enfant dans le silence. Ce qu’elle fit, négociant alors son salaire de mère porteuse. Les mois passent, la haine qu’éprouver cette femme envers toi grandissait de jour en jour. À cause de toi, elle perdit le seul travail qui aurait pu le sortir de cette situation de fille de joie. À cause de toi, elle vomit chaque matin et a des envies irréalisables à cause de sa situation. C’est alors seule qu’elle alla à l’hôpital pour te mettre au monde. Toi le petit Gabriel Jared Vedeneïev. Elle ne daigna même pas te prendre dans ses bras, rien que la vue de ce petit truc rose qui hurle la dégoutté. Mais il fallait bien qu’elle te garde, après tout, tu étais son gagne-pain.

« Maman… Pourquoi me détestes-tu ?»

Gabriel avait bien grandi. Enfin bien n’est pas le bon mot, disons qu’il avait grandi. Il a désormais cinq ans. Et déjà, il comprend qu’aux yeux de sa mère, il ne sera jamais le plus beau des garçons. Il le savait, car elle lui parler toujours avec cet air de déni. Celui toujours fâché, même quand il est dans le coin à ne pas bouger, limitant le bruit de sa respiration, elle le fixe avec cette envie de le frapper. Malgré son jeune âge, il avait déjà appris à faire des choses à la maison comme rangé, nettoyée, remuer l’eau pour les pâtes. C’était à lui de le faire, pas à cette femme bien trop occupé à lui bourrer le crâne par des mots qu’on ne dit pas à un enfant. Un soir alors que le petit était sagement dans le coin qui lui servait plus ou moins de chambres. Il entendit sa mère entré, probablement bourré et visiblement pas seule. N’osant bouger le pauvre Gabriel compris rapidement comment on fait les bébés. Choqué par les bruits, il plaqua ses mains contre ses oreilles en fermant les yeux le plus fort possible. Dans son coin, tremblant à la fois de terreur et de honte. Une fois fini, l’homme partit et sa mère restait allongée sur le lit. Ce sont les larmes et les petits gémissements plaintifs qui l’ont fait bouger, avant de voir le gamin dans un coin, recroquevillé sur lui-même. Elle s’en approcha du gamin, avant de lui donner une claque sur le haut de sa tête tirant sur ses vêtements. Elle lui hurla dessus, l’insultant de pervers voyeurs. Le pauvre avait beau se défendre, face à sa mère complétement folle, il ne pouvait rien faire.

« Mère… Regardez-moi, aimez-moi… Même si c’est faux. »

Aujourd’hui comme à son habitude Gabriel range l’appartement, il le fait de plus en plus, lavant les draps après le passage des hommes qui viennent entretenir sa mère. Le regard vide, il tente de trouver le bonheur dans les petites choses de la vie. Malgré le mauvais traitement que sa mère lui donne, il l’aime. Il espère du plus profond de son cœur qu’un jour, elle va lui adresser un sourire. Le prendre dans ses bras pour lui dire qu’elle l’aime quand même un peu. Âgé désormais de huit ans. Il a pris l’habitude de prendre des coups de sa mère, surtout lorsqu’elle est en colère. Elle ne l’aime pas, elle le répète chaque jour. Elle n’arrête pas de dire que c’est la faute de cet homme si elle est autant dans la merde. Elle crache par terre à chaque fois qu’elle voit son visage dans les journaux ou à la télé. Il le sait, que si elle le garde en vie, c’est parce qu’elle gagne de l’argent. Mais elle le délaisse. Là dans son coin, lui interdisant de se nourrir quand il a faim. Il mange quand elle est dans ses moments de bonne volonté. Le faisan mangé par terre comme un chien, lui donnant parfois des coups de pied parce qu’il fait trop de bruit.

Ce matin, il prépare son sac, pour aller à l’école. Il ne dit rien à personne sur les agissements de sa mère. En dehors de la maison, elle est gentille avec lui, un double visage qu’il le répugne, il aimerait vomir de la voir agir ainsi. Les adultes ne sont tous que des menteurs. Bien sûr, les autres élèves lui posent des questions. Il est maigre, souvent, il louche sur les goûters des autres camarades. Son ventre fait bien trop souvent du bruit pendant les cours. Mais il justifie ça par un saut de petit-déjeuner, ou bien à midi sont courant ne marcher pas à la maison. Pour ses bleues, il justifie ça par sa maladresse. Il accuse les escaliers. Une chute à vélo. Une cascade dans un parc. À aucun moment, il n’accuse sa mère, pourtant, il voudrait hurler de l’aide. Mais personne ne semble être attentif au hurlement sourd qu’il envoie par moment.

Il avance dans la vie dans ce silence si lourd, dans ce secret qui pèse tant sur ses épaules. Pourtant, oui pourtant il y a vu une lueur d’espoir. Il fut attentif aux dires de sa mère, d’après lui, il pourrait connaitre l’identité de son père. Peut-être qu’avec un peu de chance, il pourrait lui demander de l’aide. Peut-être que lui voudra de lui. Il s’accroche à ça aussi fort qu’il le peut, lui permettant de retrouver le sourire. Chez lui, il a une petite boite cachée sous une armoire, des photos découpées hâtivement dans les journaux. C’est son père, il y croit dur comme fer. Ça mère la confirmer un soir lorsqu’elle était ivre morte. Son prénom. Tidus.

« Mère, pourquoi me faites-vous tout ce mal ? »

Le temps passe, douloureusement pour le jeune homme. Entre les allées et venu d’homme inconnu chez lui, se permettant de lui donner une correction sous les rires de sa folle de mère. Il tente tant bien que mal de prouver à sa mère qu’il a sa place dans ce monde. Dans son monde. À l’école, c’est le numéro un. Il a tout bon, la maitresse le félicite, on lui donne même des prix pour ça. Seulement sa mère s’en fout. Elle veut que le fric qu’il lui rapporte à chaque mois, elle ose même en demander un peu plus au fur et à mesure de l’âge que prend l’enfant. Aujourd’hui, il a douze ans. Personne ne le souhaite. Il souffle alors seul une bougie imaginaire. Il a pris une décision, retrouvé son père coûte que coûte. Il veut partir, loin d’elle. Il sait qu’il s’est marié. Il a vu des photos de lui. Seulement un truc dans son regard avait attiré sa curiosité, sans doute la tristesse. Il le trouvait malheureux. Était-il comme lui ? Souffre-t-il lui aussi d’une maman qu’il n’aime pas ? Secouant alors sa petite tête fatiguée, il se remet aux ménages. Jusqu’à qu’il fait l’erreur de renverser un verre. Se brisant sur le carrelage de la cuisine. La voix de sa mère hurlant à l’autre bout de l’appartement le terrifie.

Voilà qu’elle fonce sur lui, la main ouverte en l’air. Il n’a pas d’autre choix que de fermer les yeux et espérer qu’elle ne lui fasse pas trop mal. Mais le choc est brutal. L’équilibre qui le maintien droit est déstabilisé, ce qui le fait tomber à terre. Un bout de verre vient se loger dans son dos. Le maigre T-shirt qu’il porte ne le protège pas. Bien qu’il hurle de douleur cela ne stoppes pas la furie que devient la mère. C’est un coup de sonnette qui lui fait reprendre ses esprits.

Malgré la douleur, il se dépêche de déguerpir, jusqu’à voir cet homme. Le père du père qu’il aimerait tant voir. Malgré la joie de le voir ici, la force le quitte, s’écroulant sur le sol comme un oiseau à qui on aurait coupé les ailes sans prévenir. Il prit grand soin de lui cet homme qui apporta l’argent à sa mère pour son silence. Pourtant, il n’était pas aimant, agissant comme n’importe quel parent fasse à la détresse d’un enfant. Bien sûr, la mère démentie tout acte violent. Gabriel lui ne put que baisser les yeux en mentant sur son état de santé.

« Mère, pourquoi tant de haine, je n’ai qu’une vie dit moi que tu m’aime. »

Depuis l’intervention du grand-père, les liens se sont quelque peu tissés entre Gabriel et le vieil homme. Bien qu’il ne l’appelle pas grand-père ni papi. Il ne partage pas grand-chose, mais sa présence suffit à le faire sentir libre. Plus vivant. Soutenu et un peu aimé. Il n’a pas ce regard de haine que lui porte sa mère. Il se sent mieux, même s'il continue à être sous le courroux de cette mère rejetant son fils au plus profond de son cœur. Elle ne le frappe plus depuis quelque temps, sans doute par peur des représailles. Quoi qu’il en soit Gabriel en apprend un peu plus sur son père, bien que l’homme ne divulgue rien de trop précis à son sujet. Il aimerait être comme lui. Il rêve d’avoir le courage d’accomplir ses rêves. Parfois, lorsque la nuit tombe. Il regarde son reflet dans le miroir. Il aurait aimé avec les cheveux de son père, non ceux de sa mère. Il souhaite avoir la même carrure que l’homme qu’il adule secrètement. Pas ce corps de poupée qui lui fait défaut. On le prend souvent pour une fille.

Malgré le mauvais traitement de sa mère, il prend soin d’elle. Mettant sur sa route son repas, ses vêtements sont toujours propres et pliés dans son armoire. Le lit et changer tous les deux jours et la maison est toujours propre. Il s’accroche à cette douce dystopie qu’est l’amour de sa mère. Aujourd’hui, Gabriel est déjà un jeune homme. Il a quinze années déjà bien remplies. Son corps a quelque peu changé. Ses désirs et fantasmes grandissent. Mais pas ce rêve qu’un jour, il retrouve son père. C’est alors que le grand-père pris une décision qui chamboula tout dans la vie de ce garçon. L'an prochain, jour de la rentrée, il intégrera l’école la plus prestigieuse pour gosse de riche. Un univers qu’il ne connaît pas tant que ça. Mais dans cet établissement, il y a son père. Une aubaine inouïe de pouvoir le rencontrer. Un espoir alors de pouvoir exister dans les yeux d’un homme qu’il a tant imaginé. Une possibilité d’avoir une famille un peu normale. Sauf que couper dans son élan, le grand-père lui annonce que cela doit rester un secret. Il ne souhaite pas le faire savoir à son fils, cela créerait trop de scandale, trop de questionnement et il ne tient pas à avoir à régler ce genre d’affaire. Que faire, tout lui dire ou garder le silence. Son cœur balance, il n’aime pas les mensonges, mais brisé un secret et une trahison est un geste prouvant que tu n’es pas digne de confiance. Il se calme en ce rassurant qu’il verra bien le jour où il sera sur place.

« Au revoir mère, aujourd’hui, je pars dans cette autre vie. Sachez que je vous aime encore et toujours. »

Aujourd’hui, c’est le départ. Direction l’avion pour prendre son envol vers cette nouvelle vie. Ce lycée d’exception, on lui en a vaguement parlé, écoutant d’une oreille distraite, lui ce qui lui importe, c’est de rencontrer son père. De savoir comment il est en vrai, comment il pourrait réagir à cette nouvelle. Dans cette immensité qu’est l’aéroport, tu te perds un peu, avant de percuter une personne qui ne semble pas t’avoir vue. Après discussion, il s’agit d’un jeune homme prénommé Orion et comme lui, vous alliez au même endroit. Malgré son handicap, Gabriel voyait en Orion un bon ami, comme un confident. Le lien s'est fait tout de suite, sans rien demander. Avec lui a ses côtés, il se sentait plus en vie. Et quand il comprit les sentiments qu’il avait pour son père, ne lui avouant tout de même pas qu’il est son fils, la jeune tête blonde décida alors de tout faire pour l’aider à avouer ses sentiments !

“L'espoir c'est dangereux. L'espoir peut rendre un homme fou.”!
Pseudo : Poivre.

Age : 25 ans

Comment tu nous as connu ? Par le biais des tops sites et sous la bienveillance d’une connaissance !

Autre : J’adore votre forum, je trouve que tout est trop cool ! ♥ Bravo !
J'ai fait l'histoire supra longue, gomen, le perso m'inspirer énormément !
Je suis vraiment navré s'il y a des fautes, ce n'est pas par paresse, j'ai dû mal avec la langue française depuis petit. Du coup, j'ai plein de lacunes ! J'espère que ce n'est pas trop moche à lire...

Code du règlement : Tout est une question de choix.

Code by Frosty Blue de never Utopia



avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2017
Age : 16
Emploi/loisirs : Lire et écouter les rumeurs ~
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Juin - 8:47
Bienvenu o/ hihi
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Juin - 10:01
Hey hey merci bien !
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2017
Age : 16
Emploi/loisirs : Lire et écouter les rumeurs ~
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Juin - 10:32
Welcome !
avatar
Messages : 204
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 20
Emploi/loisirs : Le Bureau des Etudiants
DC : Takase Toshinori
Chambre : 1
Numéro de téléphone : +44639703895
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Juin - 11:22
Hey ♪
Merci bien pour l’accueil !
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2017
Age : 16
Emploi/loisirs : Lire et écouter les rumeurs ~
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Juin - 9:01
Coucou et bienvenue. Merci d'avoir pris mon predefini, c'est super gentil. Je suis heureux. Pour moi c'est tois bon, j'ai adorer ton histoire, elle est tres émouvant. J'ai franchement adorer. Pour moi tous est bon, je suis heureux de t'acceuillir fils ! <3
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Juin - 12:02
Aww ♥️
Je suis super content si l'histoire te plait !
J'avais peur de ne pas réussir à remplir tout les points importants du prédéfinis !
Merci de ton accueil (et ta bénédiction sur le prédéfinis)


P.S : J'ai changer mon avatar, le feat faisant plus jeune, c'est le même mais avec une image moins " enfantin" si cela pose toujours un problème je verrais pour changer le feat en respectant les volontés de Tidus ( puisqu'il est son prédéfinis avant tout)
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 21/06/2017
Age : 16
Emploi/loisirs : Lire et écouter les rumeurs ~
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Juin - 19:20



Félicitations !
Bravo à toi pour cette validation, en espérant que tu te plaises parmi nous ! J'espère que nous saurons t'apporter bonne compagnie et qualité de Rp ♥
Liens utiles
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 08/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters x Servants :: Admission au Liberum :: Bureau des Inscriptions :: Fiches Validées-