Top-Sites

 :: Étage 1 - 1ere année Licence :: Chambre 107 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fièvre brûlante et soin particulier || Hayden [+18]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Lun 15 Mai - 13:18

Faible depuis le matin, je me souvenais avoir à peine déjeuner. J'avais bien tenter aussi de travailler sur mes cours. Du vocabulaire. Mais ça m'avait donné mal à la tête. Je n'avais rien pour la douleur et je m'étais contenté seulement de boire de l'eau, plus d'eau. Abandonnant l'étude, j'avais entrepris alors de remettre des notes au propre. Mon écriture rapide ressemblait à... quelque chose d'indescriptible. Je n'écrivais pas droit, je n'avais pas l'écriture régulière, tantôt grande, tantôt serrés, tantôt illisible. Bref, il fallait moins de concentration que pour étudier mais ce n'était quand même pas top. Je m'arrêtais même avant midi, retournant m'allonger dans mon lit. Je me sentais de plus en plus mal. Comme si cela allait crescendo. Je ne donnais pas cher de mon état en fin de journée.

Peut-être que prendre un médicament m'aurait aidé ?
Le seul souci, c'était que je savais que je n'en avais pas. L'autre, colocataire avec qui je n'avais pas encore fait vraiment connaissance n'était pas là et je me voyais mal fouiller dans ses affaires. Nous étions le week-end et comme la plupart des étudiants de Liberium, il rentrait chez lui. Il ne m'avait pas semblé avoir entendu beaucoup de vas et vient dans le couloir. Je poussais un soupir. J'avais les idées flous et je n'arrivais pas à penser.
Je m'endormis sans m'en rendre compte.

Je me réveillais presque deux heures plus tard. Je me sentais encore plus mal. La faiblesse envahissait tout mon corps. Mes jambes semblait être faites de coton, mes bras étaient sans force. Je me levais pour me rendre à la salle de bain. Devant l'évier, je me passais de l'eau fraîche sur le visage. Cela me faisait du bien. Mais je constatais alors que mon état était peut-être plus grave que de la simple fatigue et perte de concentration. A vue de nez, en voyant mon reflet dans le miroir et me sentant fragile, j'aurais dit avoir de la fièvre. Shit. Ce n'était plus arrivé depuis un moment, que je tombe malade.

Je revenais dans ma chambre. Une idée peut-être de génie me traversa l'esprit. Peut-être que quelqu'un dans le couloir restait aussi le week-end. Il me semblait avoir aperçu quelqu'un la semaine dernière ou bien était-ce celle d'avant ? Je n'en étais plus vraiment sûr. Dans tous les cas, rester seul comme ça, alors que je ne savais pas quoi faire... Ce n'était pas l'idéal.
Oh, si, je vous rassure. J'avais pensé appeler le médecin. Mais mon portable était tombé à zero pour cent de batterie. Et le chargeur se trouvait actuellement dans un endroit inconnu. L'autre, l'avait peut-être embarqué avec lui pour le week-end ? Mais il ne me semblait pas l'avoir tant fait trainer.

Je sortis de ma chambre. D'un pas lent, trainant, je me rendis à la chambre dont il m'avait semblé voir quelqu'un il y a quelques semaines. Devant la porte, je tentais de me ressaisir. Je frappais et attendais. Pendant un instant, mon espoir s'envola. Je n'avais pas envie de faire toute les portes du couloir ou bien du bâtiment. Je n'en avais ni l'envie ni la force. Alors que je m'apprêtais à retourner dans ma chambre, la porte s'ouvrit.

Je regardais le jeune homme un court instant avant de bredouiller :

-Salut... Désolé de te déranger mais... t'aurais pas quelque chose pour la fièvre ou un truc semblable ?

Ma bouche s'asséchait. J'avais soif. J'avais chaud. Et mes jambes fléchirent. Je me rattrapais au chambranle de la porte. La tête baissée, les cheveux recouvraient mon visage rougi. Rouge de fièvre, rouge de gêne et rouge de honte. Je n'osais pas le regarder alors que mes sens semblaient vouloir se brouiller peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Lun 15 Mai - 14:14
Fièvre brûlante et soin particulier

Un autre week-end à glander sans que personne ne me fasse chier mais en réalité, c'est moi qui me fait horriblement chier. Que fait Silly ? Pas la moindre idée, peut-être devrais-je aller le voir pour lui proposer d'aller faire quelque chose mais en même temps, j'ai la flemme de sortir de ma chambre, quelle merde. J'avoue avoir l'esprit ailleurs dernièrement, probablement à cause de la présence de mon petit frère dans cet établissement. Je me demande ce qui est passé par la tête de sa mère pour l'envoyer ici, enfin, en même temps ça ne devrait pas m'étonner, elle a juste dû voir qu'il s'agissait d'un prestigieux lycée et n'a pas cherché plus loin. Comment réagirait-elle si elle apprenait quel genre de chose a lieu au sein de cet établissement ? Elle en serait probablement outré mais en même temps, qu'est-ce que j'en ai à faire, cette femme ne mérite pas mon attention de toute manière.

Bâillant, allongé dans mon lit, je me frotte les yeux pour en retiré la larme qui s'y était invité. Si je reste ici telle une loque, je vais vraiment finir par crever d'ennui mais en même temps le week-end, rare sont ceux qui restent dans le coin. Devrais-je sortir en ville ? Ça pourrait être cool mais seul, c'est naze. Faut vraiment que j'aille voir si Silly est dans les parages ou pourquoi pas entraîner quelqu'un d'autre avec moi ? Et Ren ? Est-il ici ou est-il rentré chez lui ? Je me demande s'il avouera à sa mère que je suis ici, la tête qu'elle risque de tirer en l'apprenant et cette simple idée me fait sourire. Vraiment amusant comme situation ! Enfin, si on met de côté les réactions étranges de mon cher petit frère lors de nos retrouvailles et le fait que je l'ai accepté comme Master... Sérieux pourquoi est-ce que j'ai finis par céder à son caprice ? Rien que d'y penser ça m'énerve.

« Tsk... »

Je me redresse de mon lit et m'étire avant de regarder par la fenêtre. Dehors tout est calme et le soleil semble taper correctement, en bref il fait horriblement chaud. J'ouvre la fenêtre pour avoir un peu d'air au même moment où quelqu'un toque à la porte de ma chambre. Qui c'est ça ? Silly peut-être, ça serait pas mal. Je lâche un nouveau bâillement tout en me dirigeant tranquillement vers la porte et ouvre pour me retrouver nez à nez face à un blondinet un peu plus petit que moi. Tiens, je l'ai déjà croisé plusieurs fois lui mais je ne me souviens pas de son nom, en tout cas il a l'air d'avoir mauvaise mine et pour cause, il semble avoir de la fièvre, d'après ses dires. J'allais répondre au moment où je le vois manquer de s'écrouler, se rattrapant contre la porte. Et bien, on dirait qu'on m'a offert une occupation mais une occupation vraiment chiante, s'occuper d'un malade, super... Je pourrais très bien lui filer un médoc et le renvoyer dans sa chambre mais vu l'état dans lequel il se trouve, il ne parviendra même pas jusqu'à la porte de sa chambre sans ramper. Je lâche un soupir et me décale sur le côté.

« Entre, je vais te chercher ça. »

Je le laisse entrer dans ma chambre, j'espère juste qu'il me refilera pas sa merde. Je lui pointe du doigt mon lit pour qu'il puisse s'y asseoir afin de ne pas finir en carpette sur le sol le temps que je lui trouve son médoc. Je fouille dans mon placard, je dois bien avoir quelque chose, surtout pour après les cuites mais on sait jamais. Voyons... Ah, ça fera peut-être l'affaire ça. J'attrape la boite et me dirige ensuite dans la salle de bain avec un gobelet en plastique que j'ai sortie de mon placard. Le remplissant d'eau, je retourne dans la chambre et tend le cachet ainsi que le verre à mon invité.

« Tiens, ça t'aidera sûrement. Sinon, tu peux me rappeler ton nom ? »

Je m'installe à côté de lui sur mon lit, non loin de la fenêtre et attrape un paquet de cigarette dissimulé dans ma table de chevet. Je lui fais signe pour savoir si ça le dérange pas que je fume, j'ai quand même un semblant de savoir vivre malgré les apparences.
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Jeu 18 Mai - 15:59
Il me laissa entrer, m'indiqua son lit. J'y allais et m'assis dessus. J'avais envie de m'allonger, mais je ne le fis pas. Je le laissais chercher tranquillement, le regardant faire avant de le voir disparaître dans la salle de bain et revenir rapidement vers moi. Il me tendit alors gobelet d'eau et cachet. Je les pris tout les deux en mains, le remerciant. Je pris d'abord une première gorgée d'eau avant de prendre le cachet et de l'ingurgité, vidant le gobelet.

Le jeune homme s'était assis à côté de moi, ce faisant. Il m'avait aussi demandé mon prénom.

-Matthew... Et toi ?

Je le regardais. Sa tête me disais quelque chose. Mais je ne pense pas qu'on s'était déjà parlé avant. Et bien, pour la première fois, je devais lui donner une image tellement affreuse de moi...
Il me fit signe pour la fenêtre et la cigarette. Je fis une légère moue. J'étais contre ce genre de truc. Après c'était son corps à lui et sa chambre aussi. Il faisait ce qu'il voulait. Et puis c'était sympa de me demander si ça me dérangeait ou non. Mais le pire de tout, c'était quand même la fumée. Son odeur. Ses impacts. Autant sur le mobilier que sur le corps des fumeurs passifs.


-La fumée... essaye juste que ça ne vienne pas trop vers moi, s'il te plait.


Ma phrase se termina dans un semi murmure. Ma tête me faisait vraiment mal. J'espérais que le médicament ferais vite effet, mais il allait falloir compter au moins une demi-heure...
Je me sentis choir à nouveau pour me retrouver à moitié sur le jeune homme. J'étais tomber vers lui, au lieu de tomber vers le reste du lit vide, ce qui aurait mieux valu. Ayant voulu me rattraper encore un fois au lieu de m'avachir sur lui et comater, j'avais placé ma main à un endroit déplacé. Je ne m'en rendis compte que lorsque je me redressais, lui faisant face.
Brusquement, je retirais ma main. J'étais rouge de gêne et de honte. Je bégayais en cherchant des mots d'excuses. La fièvre était là, certes, mais elle n'expliquait pas tout. Mais quand même. C'était un accident ! Je le jure.

-Je... P-pardon... Désolé... Je voulais pas... Vraiment...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Jeu 18 Mai - 17:04
Fièvre brûlante et soin particulier

« Hayden. »

Me suis-je présenté à toi avant d'allumer ma clope tandis que tu ne formules qu'un souhait, seulement le fait que je n'envoie pas de fumée dans ta direction. Aucun problème pour ça. Portant ma clope à mes lèvres, je tire dessus pour pouvoir l'allumer correctement avant de recracher lentement la fumée vers la fenêtre afin de t'éviter toute intoxication. Qui a dit que je n'étais qu'une enflure de service ? Je sais être sympathique, voyez le vous même en cet instant alors que je m'occupe de toi, petit blondinet puis ça serait bien dommage d'irriter ces beaux yeux vert que tu possèdes. Ton regard fiévreux montre dans quel état tu te trouves et te renvoyer dans ta chambre semble compromis puis au pire, ça ne me dérange nullement de veiller sur toi, au moins ça m'occupe et je ne suis pas seul ainsi.

Je tire une fois encore, tapote ma clope au-dessus de mon cendrier sortie de ma table de chevet lui aussi et soudainement, je sens un poids contre moi, toi. Que fais-tu là petit blondinet ? Et quel est donc cette main que je sens sur moi ? Tiens donc, ta fièvre te donnerait-elle des envies ? Voyons, nous venons tout juste de nous rencontrer.. Enfin, est-ce un détail qui me dérange ? Pas du tout mais te voilà te retirant ta main, te confondant en excuse, comme c'est adorable... Je souris, amusé par la situation. La fièvre te fait-elle agir sans que tu n'ai le moindre contrôle ou est-ce réellement un parfait accident ? Aucune idée mais bizarrement, j'ai cette irrésistible envie de te taquiner.

J'éteins ma clope en l'écrasant dans le cendrier, la laissant là avant de me pencher vers toi, découvrant ton front d'une main pour en retirer tes fins cheveux blond qui tombe devant et pose mon front contre le tien, mon visage proche du tiens.

« Effectivement, tu es brûlant de fièvre, je ne peux pas te laisser partir comme ça, pourquoi ne te reposerais-tu pas ici ? De toute manière, l'internat est presque désert, il sera fâcheux qu'il t'arrive quelque chose en étant seul dans ta chambre. »

Mes lèvres s'étirent en un sourire en coin, espiègle, je profite un peu de la situation, je l'avoue mais de nous deux, qui a eu un geste déplacé ? Pas moi en tout cas ! Je me contente juste de prendre ta température bien sûr. Je recule ma tête de ton visage rougit par la fièvre mais probablement aussi la gêne de la situation dans lequel tu t'es mis juste avant. Bien trop adorable...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Jeu 18 Mai - 21:25
Alors que je me confondais en excuses, Hayden s'approcha de moi. Sa main me paraissait fraîche mais elle ne resta pas sur mon front. Non, à la place, il rapprocha son visage du mien alors que je le fixais sans trop comprendre, sans voir ce qu'il voulait faire.
Il posa son front contre le mien. Je fermais les yeux. Il était gentil. Il avait fait attention avec la fumée et là, il ne semblait pas m'en vouloir pour mon geste déplacé.
Je souriais et reculais un peu mon visage.


-Merci, c'est sympa, vraiment... Mais, je pense que je vais surtout dormir... ça te dérange vraiment pas que... que je reste ?


J'aurais parfaitement compris qu'il me mette a la porte. Ça aurait presque été normal. Je devais ressembler à un parasite malade qui pourrait refiler ses microbes. D'ailleurs je me demandais bien ce que je pouvais avoir. C'était louche d'être malade alors qu'il faisait beau... Mais soit, on ne choisi pas. C'est toujours comme ça de toute façon, jamais quand on veut.

Ayant donc reçu son consentement, je retirais mes chaussures, mes chaussettes et pris plus de place sur le lit. Je m'allongeais à côté de lui, un peu contre le mur. Je remarquais alors seulement qu'il avait cessé de fumer.

-T'étais pas obligé d'arrêter ...

Je fermes les yeux un instant et je me sens porter ailleurs. J'avais l'impression de flotter. D'être ailleurs. De ne pas être là où j'étais. C'était bizarre, sa chambre était comme la mienne mais sans l'être. L'atmosphère, l'odeur. Même s'il y avait celle du tabac froid, étrangement, ça ne me dérangeait pas.
On aurait dit que je m'étais endormi, et je pense que je n'en étais pas très loin, mais je murmurais :

-ça sent bon...

C'était peut-être tout simplement l'odeur de l'autre. Lui qui était à côté de moi. Hayden.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Ven 19 Mai - 2:25
Fièvre brûlante et soin particulier

Tu souris, tu me souris, pourquoi ? Est-ce mon geste qui t'amuse ? Est-ce parce que je m'occupe de toi ? Est-ce parce qu'une quelconque pensé à traversé ton esprit malade ? Je me le demande... Et tu me remercie, tu me trouves sympa et ce « compliment » me fait sourie un peu plus. Sympa... C'est ce qu'il avait tendance à me dire quand je prenais soin de lui mais le suis-je réellement ? Certains te diront que non. Certains te diront que je ne suis qu'une créature perfide qui se sert et manipule les âmes faibles et peut-être est-ce vrai au final ? Je ne m'en rend pas forcément compte mais pour le moment, soit heureux, mon cher Matthew, car aujourd'hui je veillerais sur toi. Comment ? Ça, ça reste à voir mais je ne te laisserais pas seul dans ta chambre, ça non, c'est bien trop triste et je m’ennuierais au final alors reste auprès de moi mon petit malade...

Qu'as-tu chopé comme saloperie pour être dans un pareil état ? J'espère que tu n'es pas contaminé et que tu ne me refileras pas ce que tu as ? Non, impossible et de toute manière, n'est-ce pas trop tard maintenant que je t'ai approché de si près ? Si. Si malade je dois devenir alors ça sera de ta faute et tu devras te faire pardonner. N'est-ce pas cruel comme petit jeu ? Peut-être que si mais pour moi, ce n'est qu'amusement et plaisir que de t'imaginer tente de te faire pardonné après m'avoir offert si gracieusement ton mal, mais ne parlons pas de malheur, je ne suis pas encore malade et je ne compte pas l'être.

Tu t'inquiètes de savoir si ça ne me dérange pas si tu restes mais ne te l'ai-je pas déjà dis ? Proposé ? Si, bien sûr que si alors pourquoi t'en inquiètes-tu ? Et je secoue doucement la tête de gauche à droite en te faisant comprendre que ta présence ne me dérange nullement. Finalement, tu finis par te  mettre à l'aise, tu retires tes chaussures et chaussette pour pouvoir pouvoir t'installer plus confortablement sur mon lit, te calant près du mur et je t'observe sans que mon sourire ne cherche à disparaître de mon visage. Obligé d'arrêter ? De quoi vois-tu parler ? Ah ! Ma clope, n'est-ce pas ? Bah... Je hausse les épaules en me redressant pour faire face à la fenêtre que je ferme.

« T'inquiète pour ça, elle ne s'envolera pas, je m'en grillerais une plus tard. »

Je m'assoie à nouveau au bord de mon lit, toi non loin de là et je saisis mon téléphone en l'entendant vibrer, qu'est-ce ? Silly, bien sûr, qui souhaite savoir ce que je compte faire de mon week-end. Je lui répond et au moment de l'envoyer, ta voix vient effleurer mes oreilles telle une douce caresse et je me tourne vers toi. Matthew, te rends-tu seulement compte de tes paroles ? Déjà ce geste et maintenant ça ? Voyons ma belle petite tête blonde, il ne faut pas me prendre ainsi par les sentiments sinon je risque de fondre mais est-ce bien ? Bah qui s'en souci ? Qu'est-ce que le bien ou le mal après tout ? Des formes dont je me fiche royalement. Je dépose mon téléphone et me retourne pour pouvoir m'installer davantage sur mon lit, m'allongeant à mon tour, après tout, n'est-ce pas mon lit ? Pourquoi ne pourrais-je pas en profiter ? Oh soit rassuré, je saurais me tenir ! Je ne te ferais rien, pas ainsi en tout cas, après tout, on vient tout juste de se connaître et à moins d'avoir quelques grammes dans le sang, je ne te sauterais pas dessus d'un seul coup, aussi adorable puisses-tu être.

« J'espère que ça ne te dérange pas, j'ai bien besoin de me reposer aussi... »

Pas vraiment, certes mais qui s'en souci ? Et dans ce petit lit où toi et moi nous nous trouvons, collé pratiquement contre ton corps, je pose ma tête au creux de ma main accoudé au lit et de mon autre de livre, elle vient saisir une de tes mèches de cheveux d'un blond presque transparent et me met à jouer avec. Mon doigt s'enroulant autour de ta mèche pour le retirer lentement avant de glisser mes doigts entre tes cheveux d'or, quelle agréable sensation ! Je me délecte de ce léger contact avant de me rapprocher davantage afin d'être au plus près de toi. Serais-je en train de profiter de ton état ? De ta faiblesse ? Peut-être un peu oui mais ne t'ai-je pas dit que je veillerais sur toi avant toute chose. Il y a quelque chose de plaisant dans l'idée de veiller sur un être fragile mais je ne pourrais assurer trop longtemps le rôle de nounou, surtout si tes gestes ou paroles éveillent autre chose en moi...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Sam 3 Juin - 16:45
Sa voix me semblait presque lointaine alors que, ayant fermé les yeux, je somnolais. Je le sentis bouger sur le lit, mais je n'avais pas l'envie d'ouvrir les paupières pour voir ce qu'il faisait. C'est en sentant sa présence bien plus proche que moi que je me suis dit qu'il s'était allongé. Non. Non, cela ne me dérangeait pas.
J'avais froid. L'air qui circulait dans la pièce et frôlait ma peau me faisait presque mal. Cette sensation désagréable qui vous faisait presque regretter vos vêtements parce que eux aussi vous faisaient mal. J'en avais la chair de poule sur mes avant-bras. Et je sentais ce corps proche du moins qui dégageait de la chaleur. D'ailleurs il se rapprocha de moi, il joua avec une mèche de cheveux avant de venir les caresser. Son geste me fit oublier mes frissons désagréables. En plus de son odeur. Je ne saurais vraiment pas dire ce qu'elle a par rapport aux autres, pourquoi est-ce qu'elle m'est agréable, pourquoi est-ce qu'elle me... plaît ?

Je me rapprochais alors de lui, au plus près. Contre lui. Je ne l'avais pas enlacé avec mes bras, non. Mes mains s'étaient plutôt placées contre son torse. Mes jambes s'étaient aussi rapprochées mais sans pour autant se mêlées aux siennes. J'avais encore trop conscience de la proximité, trop conscience qu'en réalité je ne le connaissais pas. Mais j'avais froid et m'étais simplement mis au plus près de cette source de chaleur qu'était Hayden.

-Désolé, je... j'ai froid.

Ça n'excusait pas tout. Surtout qu'en plus je me sentais mieux que les dix minutes qui précédaient. Certes je restais fatiguer. Mais le médicament donné semblait faire effet progressivement.
Je lui avais murmuré ces quelques mots, j'avais ouvert les yeux pour le regarder un instant, pour voir son expression, pour ressentir si ça le dérangeait ou non. Et finalement, je les avais refermé en même temps que je dissimulais mon visage contre lui.

Une petite voix me murmura au fond de moi que je jouais avec le feu. Mais quel feu ? Je ne la comprenais pas. Pas pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Lun 5 Juin - 22:08
Fièvre brûlante et soin particulier

Que vois-je ? Qu'est-ce que je sens ? Toi te venir blottir contre moi, petit malade que tu es. Tu viens te serrer contre moi, tes mains se posant sur mon corps. Ne serait-ce pas là des avances ? Cela aurait pu être comme tel si ça avait été dans d'autres circonstances mais aujourd'hui, mon mignon petit blondinet, tu n'es que mon patient ou du moins, jusqu'à ce que je ne parvienne plus à me retenir suffisamment car face à ta bouille d'ange et tes gestes, comment résister ? Comment ne pas céder ? Ah ! Tu es en train de me torturer là, mon petit Matt et t'entendre t'excuser et te confondre en excuse n'est que plus attirant. Tu te loves un peu plus contre moi en cachant ton visage, n'est-ce pas mignon ? Comment rester calme ? Comment rester sage ? Moi qui suis sur ma faim depuis un moment maintenant, comment peux-tu débouler ainsi et agir de la sorte ? J'ai beau ne pas te connaître encore très bien, mon petit Matt mais déjà, j'apprécie ta proximité.

« Alors rapproche toi un peu plus. »

Je te souris, je fais glisser ma main dans ton dos, je te ramène un peu plus contre moi. Tu as froid ? Alors laisse moi te tenir chaud... Laisse moi t'offrir ma chaleur corporelle pour que le froid ne te dérange plus. J'en crois qu'en fait, cette proximité est de trop. Je sens mes envies venir. Le sais-tu ? Tu dégages une certaine odeur alléchante, une aura attirante. Difficile de résister mais ne serait-ce pas profiter que de m'amuser avec toi alors que tu es dans cet état ? Ah... Où est passé ma bonne morale ? Je n'en sais rien, je crois que je n'en ai jamais eu en réalité. J'approche mon visage de tien, mes lèvres au-dessus de ton oreille, toi qui te camoufle contre mon corps.

« J'espère que tu te sens un peu mieux... »

Murmurais-je à ton oreille, ma main glissant doucement le long de tes reins pour aller jusqu'en bas de ton dos, à la limite de ton t-shirt. Ma main se glisse doucement en-dessous de ce tissu qui te recouvre tandis que mon autre main s'amuse toujours dans tes cheveux blond. Et là, est-ce que ma présence te dérange ? Est-ce que mes gestes te mettent mal à l'aise ? Est-ce que tu sais seulement ce qu'il se passe actuellement en moi ?
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Mar 6 Juin - 9:32
Sa voix me disait de me rapprocher plus. La crainte que j'avais pu avoir s'effaça. Je collais mon corps au sien, mêlant mes jambes dans les siennes. En y repensant, je n'avais jamais été aussi proche de quelqu'un. Et l'être ainsi avec un gars que je n'avais fait qu’entr’apercevoir... C'était étrange, non ?

Sa voix se fit entendre une nouvelle fois. Tellement plus proche. Elle me fit frissonner. Je relevais la tête pour le voir. Nos visages étaient tellement proches. Nos lèvres auraient même presque pu se frôler. Mais dans mon innocence, je ne m'en rendis même pas compte. J'esquissais un sourire. Je pensais qu'il était gentil et vraiment prévenant. Mais juste à ce moment là, je sentis ses doigts entrés en contact avec ma peau.

Oui, j'avais sentis sa main dans mon dos. Je n'avais rien eu contre, c'était comme rassurant. Comme quand ma mère me frottait le dos quand j'étais gamin pour que je cesse de pleurer ou pour me rassurer... Ma mère... Pourquoi repenser à elle ? Pourquoi maintenant ? L'espace d'un instant mon coeur se déchira comme ce soir-là où j'avais appris l'accident et la triste nouvelle à l'hôpital. Non. Elle n'était pas triste. Elle avait été horrible, abominable, irréelle.

Mais Hayden me fit revenir à lui avec ses doigts froids sur ma peau. Si je les ressentais froid, c'était que mon corps était chaud. Mais si mon corps était chaud, pourquoi avais-je eu froid ? La fièvre. C'était elle la réponse mais là, je ne la trouvais pas du tout.
Mon regard était fixé sur le jeune homme. Je n'étais pas reparti me cacher contre lui. J'avais été surpris par ces doigts sur ma peau. J'avais frissonné. J'avais rougi contre ma propre volonté. Il était facile de ne pas pleurer en public mais les rougeurs, elles, c'était bien plus compliqué à dissimuler...

Je percutais que je n'avais pas répondu. Je ne savais pas s'il attendait de réponse. Mon expression répondait peut-être seule à ma place mais comment en être sûr ?


-Oui... ça va mieux...


Un souffle, un murmure hésitant.
Lui dire de bouger sa main ? Je n'y arrivais pas. Le lui dire, c'était comme se rendre compte qu'elle y était vraiment. J'aurais peut-être du faire philo à la place des langues...
Je fermais les yeux un instant, puis les rouvris. Je voulais le regarder mais je n'y arrivais pas, mon regard fuyait le sien contre ma propre volonté. Ou bien ma volonté n'était-elle simplement pas assez forte ?

-Tes doigts... ils sont froids...

Allait-il comprendre par là que cela me gênait ? Pourquoi je n'arrivais pas à le lui dire franchement ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Mer 7 Juin - 14:16
Fièvre brûlante et soin particulier

Tu rougis, pourquoi rougis-tu ? Est-ce que je te gêne ? Est-ce la fièvre qui te fait ainsi rougir ? Je n'en sais rien mais d'avoir ton visage si proche du mien m'est difficile tant le fait de devoir me contenir devient une torture. Pourquoi suis-je si sage ? Cela ne me ressemble pas. Peut-être est-ce parce que je voulais être gentil pour une fois, que je ne souhaitais pas abuser de la situation mais comment faire ? Ta présence me pousse peu à peu dans mes retranchement et mes envies.

Et ma main continue de jouer avec ta peau nu et moite. Ton corps à chaud tout en ayant froid, l'un des symptômes de la fièvre. On dit que dans ces moments là le mieux est de transpirer alors, peut-être devrais-je t'y aider ? Joue les anges gardiens et les infirmiers n'est pas mon truc, ces rôles ne me collent pas à la peau et bien vite, le démon en moi refait surface. Regarde moi, ne ferme pas les yeux, ça te rend bien plus innocent encore, bien plus fragile et pure. Une chose que certains voudraient conserver alors que moi, je ne souhaite que te l'arracher.

Tu trouves mes doigts froids ? Est-ce si désagréable que cela ? Sur ton corps brûlant, mes doigts doivent être tel de la glace, blessant probablement ta peau autant qu'elle pourrait lui faire du bien. Doucement, mon front se pose contre le tien comme pour chercher à prendre ta température mais il n'en est rien. Et doucement, je chuchote, face à cette proximité peut-être dérangeante, enfin, pour toi probablement car pour moi, il n'en est rien... Tes jambes entremêlés dans les miennes, ton corps proche du mien alors que tu sembles chercher à mettre une certaine distance soudainement, je ne te permet pas de t'échapper. D'une simple pression de ma main dans ton dos et je te ramène vers moi.

« C'est ton corps qui est brûlant... Peut-être devrais-je t'aider à te débarrasser de cette fièvre, après tout... Je me suis portée garant de ta santé non ? »

Un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je plante mon regard sombre sur toi. Oseras-tu me regarder dans les yeux ? Je n'en sais rien mais la main dans tes cheveux se déplace vers ta nuque et te je te force dans un baiser voler. Mes lèvres contre les tiennes, je goûte enfin cette zone qui ne faisait que m'appeler. Mon autre main remontant le long de ton dos, mes gestes restent doux, enfin, tant que tu ne tenteras pas de m'échapper...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Mer 21 Juin - 9:48
Son murmure, sa voix, ses paroles. Mon regard se reposa sur lui. Comment pourrait-il faire partir la fièvre ? Je ne comprenais pas. Puis une soudaine pression me fit me rapprocher de lui. Nos visages proches s'unir par nos lèvres. Un baiser soudain, voler. Mon premier. Je devais être rouge déjà avant, et si c'était possible, je le devenais encore plus. Les yeux écarquillés, je l'observais. J'étais terriblement gêné. Je ne savais pas ce que je devais faire. Je tentais de le repousser, mais la force me manquait. Finalement, je fermais les yeux et me laissait porter.

Lorsqu'il mit fin à ce baiser, je retournais me cacher contre son torse. Je reprenais mon souffle. Un instant, puis un second. Je n'arrivais pas à me défaire de lui. Et surtout, je n'avais toujours pas compris ce geste.
Une de mes mains s'était agrippée à son haut et elle y restait. Je retrouvais mes mots. Je relevais la tête vers lui.

-Pourquoi ?


C'était tout ce que je trouvais à lui répondre au début. Je déglutis. Mon premier baiser avec un homme. J'avais pas rêvé. Il l'avait fait. Je n'arrivais même pas à dire si cela m'avait plut ou non. Cela avait été trop soudain. Je n'y avais pas été préparé.

-En quoi... En quoi ça ferait partir la fièvre ?

Je ne comprends pas. Je me sentais perdu. J'avais l'impression d'être un gamin, un gosse d'à peine 10 ans qui ne comprenait rien à la vie.
En plus j'avais soif. Encore. Je détournais le regard. Je fermais les yeux. C'était un bon prétexte pour qu'on s'éloigne un peu. Pour que je retrouve peut-être mes esprits.

-J'ai soif... S'il te plait...

Ma main qui était toujours accrochée à lui lâcha soudain le vêtement. Il fallait le lâcher pour qu'il puisse me donner un peu d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Ven 23 Juin - 14:07
Fièvre brûlante et soin particulier

Pourquoi ? Tu me demandes pourquoi ? Voyons, regarde toi, mon cher petit malade. Comment ne pourrais-je pas craquer sur ton frêle corps collé contre le mien ? Contre cette tête blotti contre mon torse ? Contre cette main qui m'agrippe comme si elle craignait que je ne m'en aille ? Difficile pour moi de rester de marbre, me comprends-tu ? J'en doute. Tu ressembles à une jeune pucelle gêné de s'être ainsi fait voler son premier baiser. Mais dis-moi, j'espère que ce n'était pas le cas ? À moins que tu n'ai jamais touché d'homme de ta vie ? Et pourtant, te voilà collé contre moi. Réticent à l'idée que ma main puisse parcourir ton corps ? Je n'en sais rien et je pense que tu ne dois pas le savoir non plus. Si tes questions semblent embrouillé, ton corps lui ne semble vouloir se détacher.

Tu me demandes comment ça pourrait faire partir ta fièvre et je souris face à ton innocence, petite créature qui ignore face à qui il se trouve. Suis-je méchant ? Non, juste un homme remplit d'envie, d'envie que tu attises de par ton comportement, de par ton esprit qui me semble si pur. Est-ce réellement possible d'être pur ? Je n'en sais rien mais j'ai tendance à vouloir souiller cette pureté d'une quelconque manière. Et mes doigts glissent lentement sur la peau bouillante de ton dos. Et je reste silencieux, mon regard prédateur posé sur toi, rouge de honte, rouge de gène, rouge de fièvre. Tu détournes alors les yeux, tu fuis mon regard, tu les fermes et ta main qui m'agrippait jusqu'à maintenant me relâcha alors que tu me demandes à boire. Est-ce une excuse pour me faire partir ? Peut-être que je vais trop vite, peut-être que j'en demande trop. J'en sais rien mais en réalité je m'en fiche. Mais ne t'en fais pas, mon cher Matt, jette laisserais t'abreuver, j'accepte de te laisser ce moment de répit mais attention à toi, mon cher blondinet, car je ne pourrais me retenir bien plus longtemps.

Je te relâche, mes mains glissant sur ta peau pour ensuite me redresser. Sans un mot, je saisis le verre que je t'ai donné et me lève pour aller le remplir. Je t'offre ce moment de liberté, de répit. Reprends toi, réalise, car tu es dans l'antre du prédateur alors chacune de tes paroles, chacun de tes gestes peuvent se retourner contre toi... Puis je reviens auprès de toi, je me pose à nouveau sur le bord du lit, te tendant le verre que tu souhaitais. Ne suis-je pas adorable ? Moi qui prend soin de toi, toi que je ne connais que de vue. Est-ce normal de vouloir sauter sur le premier venu ? Mais la normalité n'a jamais été mon fort il faut l'avouer et j'aime faire selon mes propres envie. Et je te souris, amusé.

« Aucun mec ne t'a jamais touché jusqu'à maintenant, n'est-ce pas ? »

Je suis direct, je ne mâche pas mes mots. J'ai envie de voir, de lire ta gêne sur ton visage malade. Je veux voir ta réaction, m'en délecter, m'amuser. Laisse moi voir à travers tes barrières. Laisse moi les abaisser une à une pourvoir ce qui se cache derrière ces frontières...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Sam 1 Juil - 13:41
Il accepta, se leva et disparut un instant. Je fermais les yeux, soulagé. Je me redressais alors doucement. Je m'adossais au mur, pour avoir un support. Je croisais mes jambes sur son lit et j'attendais son retour.

J'essayais de trouver une explication logique à ce qu'il venait de se passer mais j'avais beau essayer, rien ne venait. Peut être la fatigue et la fièvre ? Je portais ma main droite à mon front, appuyant la paume contre la peau. Je ne pouvais pas prendre ma température seul. Mais je devais toujours être fiévreux. Même si je me sentais un peu mieux depuis que j'avais pris le médicament. Peut-être serait il plus prudent de rentrer à ma chambre et de dormir...

Hayden fut de retour avec son verre d'eau. Il me le tendit et je le pris. Je le porte à mes lèvres et bois une gorgée puis deux, doucement. Mais je pus m'empêcher de toussoter à cette phrase.
Je tournais les yeux vers lui, incrédule. J'avais bien entendu ? C'était quoi cette semi-question, semi-affirmation ? Je détournais le regard. Bien sûr qu'aucun homme ne m'avait touché. Et si j'étais en pleine forme, je ne l'aurais pas laissé m'embrasser.

Mais...

Mais cela avait pourtant été agréable. Pas si différent qu'avec une fille. Cela avait aussi été... bref ? Un moment trop court. Je m'étais laisser faire, trop surpris pour réagir. Mais s'il recommençait, qu'est-ce que je ferais ? Le repousserai-je ? Ou bien essayerai-je de profiter un peu plus de ce contact ? Je me sentais soudainement perdu. Jamais je n'avais regardé les garçons. C'était toujours des potes, mais jamais je n'avais voulu les embrasser ou quoi. Alors comment ce type arrivait à tout mettre en vrac comme ça ?

Je regardais mon verre d'eau puis le finis avant de le lui tendre pour qu'il puisse le mettre là où il ne gênerais pas. Je lui répondis alors en le regardant. Non, cette fois, je ne détournerais pas le regard.


-En effet, aucun homme ne m'a jamais touché et je n'ai jamais touché d'homme non plus.


Comme ça, c'était dit. Je le regardais toujours. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Il ... Non, je ne savais pas.

-Tu... tu n'as pas répondu à ma question. En quoi ça ferait cesser la fièvre ? Ce ne serait pas plutôt le médicament et le repos qui pourrait le faire ?

Car à part me gêner, me perturber, ça n'avait rien fait par rapport à la maladie. Peut-être que je n'y pensais plus. Peut-être que mes pensées étaient tournées vers lui et uniquement vers lui. Si c'était le but, cela avait bien fonctionné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Sam 1 Juil - 17:17
Fièvre brûlante et soin particulier

Tu ne t'y attendais pas, à cette question, n'est-ce pas ? Et dans ta tête, que se passe-t-il ? À quoi penses-tu ? T'ai-je troubler avec mes paroles et j'attends, là au bord du lit qui est mien. Et je récupère le verre désormais vide que tu me tends pour le poser sur la table de chevet. Tu répond finalement, sans chercher à fuir mon regard. Tiens donc, tu as profité de ma petite absence pour prendre sur toi et ne plus avoir l'air d'une fille toute timide ? J'aime bien, je souris, je t'écoute. Au moins tu l'avoues et sans gêne cette fois-ci. Est-ce dur de prendre sur soi pour avouer de pareil chose ? Je me le demande... Puis finalement, tu me questionnes quant à ce que je t'ai dis tout à l'heure et je souris de plus belle. Tiens donc, moi qui pensais que tu changerais de sujet, je suis étonné.

« Oh, ça te rend si curieux ? »

Je me rapproche alors de toi, me penchant dans ta direction, mon visage se rapprochant du tiens mais je ne te touche pas, non, mes lèvres cherchent ton oreille pour venir te murmurer quelque chose comme si ce que j'allais t'annoncer était un secret.

« On dit qu'un orgasme peut soigner un rhume et aider à dormir. N'es-tu pas curieux de savoir si c'est vrai ? »

Je recule mon visage du tiens, je souris, amusé. Comment réagiras-tu cette fois-ci ? J'aime observer les réactions de ceux qui m'entourent. J'aime jouer avec les sentiments, avec les réactions. Les humains réagissent tous différemment et c'est ça qui est amusant. Moi qui n'était pas des plus tactiles avant mon arrivé ici mais désormais, je ne peux que m'amuser de ceux que j'ai pris en cible et tu en fais partie, mon cher. Te ferais-je du mal ? Non, ce n'est pas mon genre, je ne suis pas un sadique non plus, j'aime juste profiter des belles et des bonnes choses, est-ce un crime ? J'en doute ! Je m'applique dans ce que je fais et toi qui est novice dans ce milieu, peut-être y trouveras-tu ton compte ? Mais je ne te ferais rien, enfin... Tout dépendra de la façon dont tu réagiras. En tout cas, le médicament semble faire son effet, tu sembles déjà un peu plus mieux, plus à même de réagir. La suite deviendra peut-être plus intéressante, qui sait ? J'ai hâte de savoir ce qu'il se cache derrière ces mèches blonde...

hrp. Désolé pas terrible, je suis pas en super forme psychologiquement mais j'avais envie de rep et de penser à autre chose. Je ferais mieux la prochaine fois D8
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Sam 1 Juil - 17:47
Je hochais la tête. Bien sûr que oui que cela me rendait curieux ! Quand il se rapprocha de moi, j'ai eu l'impression qu'il allait m'embrasser à nouveau. Mais il vient plutôt me murmurer des paroles à l'oreille. Quel était cette sensation, ce sentiment qui m'envahissait et me nouait presque les tripes ? J'étais... déçu qu'il ne m'embrasse pas ?

J'écoutais alors. Je rougissais, subitement gêné. C'était quoi ça ? Je... Reste calme. Je ferme les yeux et les ouvre à nouveau quand il me refait face.

-T'es... sérieux ?

Parce que moi, je n'arrivais pas à y croire. Se jouait-il de moi ? Prenait-il un malin plaisir à me faire tourner en bourrique ? Et si au final c'était juste un jeu pour se foutre de ma gueule ? Trop d'interrogations, trop de possibilités. Après tout, il avait été aimable, il m'avait accueilli et donner un médicament. C'était peut-être ma faute aussi, avec mes gestes déplacés, il s'était peut-être fait des idées.

Désemparé.

En plus il semblait parler de ça avec une telle aisance. Il avait pourtant bien entendu que j'étais ignorant en la matière avec les hommes. Comment lui dire que même avec une fille je n'avais pas été plus loin qu'un baiser langoureux et certainement encore maladroit ?
Non, je ne pouvais pas m'imaginer dans les bras d'un homme. Cela faisait... bizarre. C'était comme dire à tous ceux qui me traitent et m'insultent de fille qu'ils avaient raison.

...

Et si c'était cela qu'il sous-entendait ?

Blasé.

J'étais en train de me dire qu'au final, il jouait avec moi. Il était peut-être bel et bien comme ces autres gens qui ricane du physique d'autrui. Il avait juste trouvé un moyen plus astucieux et plus subtil.


-C'est juste parce que j'ai l'air d'une fille, c'est ça ?


D'habitude, ça ne me faisait rien. Mais c'était parce que les autres n'y connaissaient rien en subtilité. Mais aussi parce que je n'avais jamais été aussi proche physiquement des autres. Dans les bras d'Hayden, je m'étais senti bien, il me semble. Dit moi que je me méprends... Mais pourquoi avais-je envie de me tromper ? Non... Quand même pas... Je ne pouvais pas être gay comme ça, du jour au lendemain juste parce qu'un garçon m'a embrassé alors que j'étais fébrile ! Alors quoi ? De la curiosité ? C'était possible. Étais-je encore à l'âge où on se cherchait ?
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Dim 2 Juil - 19:14
Fièvre brûlante et soin particulier

Et maintenant, la sens-tu, la gêne ? Et maintenant, comment réagiras-tu, face à mes paroles bien trop direct à ton goût ? Toi l'homme qui semble innocent. Toi l'homme qui semble insouciant. Te voilà entre les pattes d'un prédateur sournois mais pas tant que cela, je sais encore le respect que je dois avoir envers les autres et tu ne mérites nullement que je te force la main à faire quoique ce soit. Tu ne mérites pas de subir mes envies dans ton état actuel alors je prend des pincettes, je m'amuse de tes réactions, toi avec le visage rougit par la fièvre et la gêne. Je me joue un peu de toi, je l'avoue, peut-être qu'au final je suis un sadique mais au lieu de blesser physiquement, je le fais psychologiquement, à ma manière certes. Le but n'étant pas de te blesser bien évidemment mais comment ne pas aimer voir la réaction des autres dans de telle circonstance ? Comment ne pas aimer voir la gêne naître sur un visage ? Comment ne pas aimer voir l'incompréhension dans le regard de celui qui ne cesse de se questionner ? Oui, en fait, je suis peut-être un genre de sadique et de profiteur mais je ne pense pas faire de mal à qui que ce soit, enfin, je crois ? Sinon je pense que tu aurais déjà pris tes jambes à ton cou si tel avait été le cas donc, c'est que la curiosité ta piqué à vif.

Tu es gêné ? Tu penses que je mens ? En réalité, je ne peux confirmer à cent pourcent mes dire car je n'ai jamais vérifier ces dires, j'en ai juste vaguement entendu parler sans m'y intéresser réellement. Pourquoi t'avoir sortie cela alors ? Juste pour trouver une excuse à ma proximité ? À mon envie ? Oui, c'est bien le cas car même si je refuse de te sauter clairement dessus, quoique tu ne penses peut-être pas la même chose et ceux qui pourrait se trouver autour non plus, je préfère t'avertir, te proposer, après tout, quelle risque y a-t-il ? Ah oui ! Aucun homme ne t'a jamais touché ! Serais-tu un simple hétéro ? Bah, il ne peut y avoir des gays à tous les coins de rues après tout mais rien ne m'empêche de tenter ma chance, surtout pour me divertir lors de ce weekend d’ennui.

Et soudainement, tu me balances des paroles dont je ne m'attendais pas du tout. C'est quoi cette soudaine question ? Je te regarde, surpris mais très vite je me reprend, intrigué, je t'observe. Oui, tu possèdes quelques traits féminins, je ne peux pas le nier mais chercherais-tu des excuses à mon comportement ? Probablement... Et je souris, puis un rire s'échappe de mes lèvres. Je ris quelques secondes durant avant de finalement me calmer.

« Sérieusement ? C'est quoi cette question ? Désolé de te l'apprendre mais j'en ai un peu rien à foutre des filles. Bon OK j'ai déjà couché avec des filles mais c'est bien moins intéressant qu'avec un homme. Donc non, ça n'a strictement rien à voir avec ça. Autant se taper une fille plutôt qu'un mec qui ressemble à une fille si c'est ce que je voulais vraiment savoir. »

Je hausse les épaules, j'ai parlé clairement, sans chercher à me cacher, sans chercher à prendre de gant. Je me fiche de ce que tu peux penser après cela et cette fois-ci, nous allons jouer carte sur table car si tes réactions de gêne jusqu'à maintenant étaient amusantes, désormais, j'ai envie de passer au niveau supérieur. Tourné face à toi, ma main se glisse sous son mentor et l'attrape entre deux doigts pour te maintenir là où je le désire. Plantant mon regard sur toi, mon sourire en coin toujours là, je te fixe intensément, le regard rieur, le regard intéressé.

« On va y aller direct. Tu m'intéresses et pas parce que tu as des traits semblables à une meuf. Je préfère bien plus le corps d'un homme que celui d'une femme et j'ai comme l'impression que ton corps est bien plus appétissant que celui d'une quelconque femmes inintéressantes. Puis avouons le... Tu n'avais pas l'air de ne pas apprécier tous ces petits gestes puis tu m'en dois une également. Bien sûr, je ne suis pas non plus méchant au point de te forcer la main mais sache qu'il faudra payer tôt ou tard pour l'attention et le temps que je t'ai offert. »

Désormais c'est dit et maintenant, comment réagiras-tu, mon petit Matt ? Prendras-tu cette fois-ci tes jambes à ton cou ? Toi maintenant qui a reprit tes moyens, que feras-tu face à un tel aveux ?
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Dim 2 Juil - 20:23
Quel était ce soulagement ? Je l'avais regardé me débité ses paroles. Je l'avais laissé rire, je l'avais laissé me saisir le menton. Il me fixait et je ne pouvais pas lâcher son regard. Ses paroles me firent de nouveau rougir. Il y allait franchement. Mais quelque chose dans sa façon de faire me rassura. Je n'aurais pas su dire quoi. Mais j'étais rassuré.

Par contre, je ne savais pas comment prendre la fin de ses propos. Je me sentais reconnaissant envers lui parce qu'il m'avait en partie soigner. Mais de là a lui en devoir une... ? Je ne savais pas. Certes, je l'aurais proposé quand je serais aller mieux. C'était bien moi. Je serais aller vers lui et me serais excusé avant de lui dire que s'il avait besoin de quelque chose, j'étais là. Pour lui rendre la pareil. Mais là j'avais presque l'impression qu'il me demandait un payement en nature.

Je posais doucement ma main sur la sienne, celle qui me tenait le visage. Je la lui fit retirer pour pouvoir regarder ailleurs si je le désirais, sans devoir simplement détourner le regard. Mais ma main, je la gardais toujours sur la sienne.

-Je comptais bien te rendre la pareille, mais je ne pensais pas que tu allais la réclamer.

J'eus un léger sourire qui s'évanouit rapidement.

-C'est vrai que j'ai apprécié être contre toi. Et même ce baiser... il... il était agréable.

J'avais du mal à m'affirmer. J'avais fini ma phrase en murmurant. Je faisais mes retrouvailles avec la gêne. Elle ne m'avait pas vraiment quitter mais elle avait pourtant disparut un peu avant.

Je croisais son regard. Je rajoutais en bredouillant :

-Enfin, je crois, c'était assez soudain, alors je... je ne sais plus vraiment.

Je finis par regarder ma main qui était toujours contre la sienne. Je ne la retirais pas. Je n'en avais pas l'envie. Mais pourquoi ? J'avais l'impression de savoir la réponse mais je n'arrivais pas à la formuler.

-Je ne l'ai jamais fait avec une fille. Alors avec un garçon... ça me gêne terriblement. Je ne sais pas quoi penser... Tu me troubles. Je n'arrête pas de penser mais je n'arrive à rien. Je ne sais pas ce que je dois faire...

C'était comme si je me livrais. Et pourtant cela était une chose rare. Cela prouvait-il que le jeune homme me troublait réellement et pas qu'un petit peu ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Dim 2 Juil - 21:11
Fièvre brûlante et soin particulier

Ta mienne se pose sur la mienne pour chercher à la retirer et je ne force pas, j'attends simplement de voir ta réaction. Ta gêne est revenu à l'assaut, n'est-ce pas ? Toi qui semblais être parvenu à retrouver tes moyens juste avant. Et tu cherches à regarder ailleurs alors que des mots sortent de ta bouche sans que je ne dise rien, sans que mon sourire ne disparaisse de mon visage. Je te laisse faire, parler. Mon sourire s'agrandit. Je suis parfois du genre impatient je l'avoue. Oh mais que vois-je ? Ne serait-ce pas un sourire qui est en train de se dessiner sur ton visage ? Pourquoi disparaît-il aussi vite ? Ta voix résonne alors de nouveau et je ne peux être que satisfait de ta réponse. Agréable, c'est le mot et encore, ce n'est qu'une infime partie de ce qui peut être agréable. Mon contact te plaît, la preuve dans tes paroles mais également dans le fait que ta main ne semble vouloir quitter la mienne. Allons, t'ai-je troublé à ce point ? Tu ne tardes pas à m'offrir la réponse...

Tu es perdu, j'ai réussi à embrouiller ton esprit malade et d'innocence et finalement, tu me fais un aveu, celui de n'avoir jamais couché avec la moindre fille. Innocent, c'est bien ce qu'il me semblait et c'est d'autant plus plaisant... Tu m'avoue ensuite être troublé par moi, devrais-je être honoré ? Évidemment car cela veut dire que j'ai réussi mon petit jeu ! Satisfait, je n'ai pourtant aucune envie de m'arrêter là désormais. Tu ignores ce que tu dois faire mais moi je peux te montrer la suite des événements...

« À me faire de pareil aveu, tu ne fais qu'attiser davantage mon intérêt mais... Si tu souhaites, je peux t'aider à voir plus clair, il suffira juste de te laisser aller... »

Ma main glisse dans la tienne sans pour autant te demander ton avis et mon visage se rapproche à nouveau du tiens, s'arrêtant à quelques centimètres seulement de là, mon autre main venant t'attirer contre moi en passant derrière ton dos. Devrais-je aller jusqu'au bout ? L'envie est tentante mais le jeu ne fait que commencer et si je suis parvenu à te troubler alors, est-ce que je parviendrais à te faire céder ? Et mon visage s'arrête, bien avant de pouvoir frôler tes lèvres.

« À moins que tu ne veuilles remettre cela à plus tard, dans ce cas je n'aurais plus qu'à te laisser t'en aller. »

Je souris, mon regard planté dans le tien. Le jeu débute et nous verrons si toi aussi, tu seras du genre joueur mais malgré tout ce que j'ai pu te dire, tu n'as pas fuit alors, peut-être est-ce un signe ou de la simple curiosité. Qu'importe, tant que je peux sentir ta peau contre la mienne...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Lun 3 Juil - 9:56
Sa main se glissa dans la mienne, il se rapprocha de moi, m'attira vers lui. Me laisser aller ? Oui, c'était une idée. Je penserais peut-être moins ainsi. C'était tentant. C'était comme s'il me donnait la réponse à mes questionnements internes. Arrêter de penser et se laisser aller. Mais je n'avais pas trop envie d'être pareil à une poupée. Il ajouta aussi que je pouvais m'en aller si je voulais remettre tout à plus tard. Mais je n'avais pas envie de partir.

Etait-ce la curiosité, la fièvre, Ou le désir de mettre fin à ce trouble tout en restant ici qui parlait ? Je ne saurais pas le dire.

-Je ne veux pas partir...

Les mots étaient sortis tout seul. Maintenant dit, je ne pouvais plus fuir. Je venais de fermer moi-même la porte qui aurait pu me sauver. Je le savais.
Je me sentais bizarre en moi-même. Sa proximité en était la cause. Si proche et pourtant il me touchait à peine. Ses lèvres me hantaient presque. Le souvenir fugace du baiser me revenait. Pourquoi est-ce que j'y pensais encore ? Pourquoi est-ce que j'en avais envie ?

Remettre la faute sur la fièvre ne marcherait pas. J'étais moins souffrant qu'à mon arrivée. C'était peut-être sa présence qui m'avait remis d'aplomb mais j'en doutais. Non, cela devait être le médicament qu'il m'avait donné et le repos que j'avais pris.

Mais tout cela ne changeait rien au moment présent. J'avais l'impression que mon corps agissait de lui-même, comme s'il ne prenait pas la peine de me consulter moi.
Je me retrouvais contre lui, mes lèvres venant frôler les siennes. Puis, en fermant les yeux, je l'embrassais. C'était hésitant, timide. J'étais peu sûr de moi. Ça me faisait étrange de me dire que j'étais dans les bras d'un mec. J'avais l'impression de me conduire comme une pucelle. Ce que j'étais en soi. Mais quand même...

Et puis, lui, comment allait-il prendre cela ? Une invitation ? Certainement. Je venais vraiment de me jeter dans la gueule du loup. J'espérais ne pas le regretter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Lun 3 Juil - 11:32
Fièvre brûlante et soin particulier

La voilà donc, ta réponse. Tu décides de t'abandonner à moi. De laisser tes doutes de côté, de laisser ta curiosité prendre le dessus .Que devrais-je faire ? Que devrais-je te faire ? L'envie de jouer est si forte. L'envie de te savoir prisonnier de mon désire l'est tout autant. Et si nous jouions à un jeu ? Celui de la tentation. Celui où je te tente. Où je m’empare peu à peu de ton corps, de ton être. Celui où par la suite, tu ne pourras que revenir vers moi pour en demander toujours plus. L'idée est plaisante et peut-être devrais-je entrer dans ce jeu qui me permettra de briser une à une les chaînes de ton innocence, nous allons voir...

Tu ne veux pas partir, tu reste à proximité de moi et finalement, c'est toi qui prend les devant dans un baiser timide. La tentation est-elle si présente chez toi pour qu'ainsi tu cèdes déjà à mes avances ? Est-ce ta fièvre qui te fait réagir ainsi ? Non, ta fièvre semble partie, éradiqué par ce médicament que je t'ai donné alors, quoi ? Ta curiosité, l'envie qu'a ton corps de découvrir autre chose, des sensations qu'il a apprécié et qu'il veut encore et bientôt, tu me réclameras plus qu'un simple baiser. Bientôt, ton corps me réclamera plus que de simple caresse sur ta peau d'ivoire. Bientôt, tu ne pourras juste plus te passer de moi...

Ton baiser timide, j'en fais mien, bien plus ardant, bien plus maîtrisé et je te force à t'allonger sans pour autant y aller trop brusquement. Tout de même, cela reste ta première fois alors autant être doux, tu ne crois pas ? Quoique, peut-être préféras-tu la brutalité à la tendresse ? Ça je le saurais lorsque je t'aurais déjà débridé...

Ma main emprisonne la tienne alors que je me retrouve désormais au-dessus de toi, t'empêchant toute fuite possible car sache au chose, mon cher Matt, c'est que lorsque j'ai commencé quelque chose, il est impossible de m'arrêter en plein cours, tant que je n'aurais pas terminé... Entre autre, le jeu prendra fin quand je l'aurais décidé. Tu m'as clairement fait comprendre que tu ne voulais pas partir, que tu me laissais faire de toi ce que je voulais alors désormais, tu ne pourras plus t'échapper. Je souris alors que mes lèvres se détachent des tiennes et je plante mon regard sur ton visage. Je t'observe, t'admire. Qu'il est plaisant de pouvoir faire céder ainsi un homme sous mon emprise mais ce n'est que le début de la partie, sache-le...

« Le retour arrière n'est plus permis, j'espère que tu es conscient de cela... Mais ne t'en fais pas, tout se passera bien... »

Murmurais-je à ton oreille tandis que ma main de libre qui te maintenait par le dos plus tôt, se glisse désormais le long de tes côtes pour passer sous ce tissu dérangeant. Elle se faufile en-dessous, passant, caressant ton ventre en remontant jusqu'à venir effleurer, jouer doucement avec ton mamelon. Comment réagiras-tu face à ces premiers contact ? Je veux voir, je veux t'observer, te voir changer, te sentir trésaille, frisonner... Montre moi ce que j'ai envie de voir, de ressentir et je saurais te faire plaisir...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Lun 3 Juil - 16:31
Ses lèvres étaient chaudes et agréables. Il prit la situation en main, me fit m'allonger. Je me laisser faire. J'avais la sensation d'être dans la brume. Mais ce n'était pas la même que lorsque la fièvre s'était emparé de mon corps. Non. C'était bien plus plaisant.
Il se retrouvait sur moi, sa main capturant la mienne. L'autre sur mon flanc. Il mit alors fin à ce baiser qui s'était fait plus ardent, j'y avais senti comme un soupçon de désir. J'ouvre les yeux, le regarde qui m'observe. Je rougis, réalisant que je me trouvais dans une situation gênante.
Son murmure n'était que futilité. Je le savais. J'en avais conscience depuis plusieurs minutes maintenant. Mais si j'avais eu des doutes, ils venaient de s'envoler. Il essaya aussi de me rassurer.

Tout se passera bien.

Cela voulait dire que cela pouvait également mal se passer ? Mais il semblait savoir ce qu'il faisait. Sa voix dans mon oreille, je fermais les yeux. Je sentis alors plus nettement sa main glisser de mes côtes vers l'extrémité de mon haut. Elle passa sous le tissus. Je sentis alors sa peau contre la mienne. C'était comme si je retenais mon souffle sans même m'en rendre compte. L'intruse remonta sur mon torse. Un frisson de surprise me saisit alors lorsqu'il commença à jouer avec mon téton. Le rouge me monta subtilement aux joues. Et ma main prisonnière de la sienne se serra un peu.
Je penchais alors la tête sur le côté, lui offrant mon cou bien que celui-ci devait être encombré par des cheveux. Plus il jouait avec et plus je sentais la chaleur m'envahir peu à peu, avec une extrême lenteur.


hrp : Désolé, l'inspiration m'a quitté @@
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Lun 3 Juil - 17:09
Fièvre brûlante et soin particulier

Tu rougis, tu tournes la tête. Fuis-tu mon regard ? La situation ? À moins que tu ne m'offres tout bonnement ton cou ? Ainsi donc, notre blond innocent veut que j'aille plus loin, n'est-ce pas ? Je peux te sentir, sous mes doigts, ta peau réagir à mon contact, ta main serrant la mienne. Est-ce agréable ? Veux-tu que j'aille plus loin ? Et je souris, mon envie n'est que plus forte mais l'envie de jouer avec toi l'est d'autant plus. Je me régale de ton contact. Je me régale de tes réactions. Je profite, je m'en délecte et je me fraye un chemin vers ce cou que tu me tends, ignorant ces cheveux qui par endroit me bloquent le passage. Et mes lèvres s'y dépose, doucement, de façon plus insistante ensuite. L'envie de goûter à cette chaire est prenante et se sont mes dents désormais qui rencontrent la peau tendre de ton cou et je la mordille, de plus en plus fort, jusqu'à voir la limite de ton corps. Jusqu'à voir quelle genre de douleur tu peux encaisser car il ne faut pas se fier, je ne suis pas toujours tendre et je fais de gros efforts là, sache le.

Et ma main cesse de jouer avec ton téton pour redescendre avant de lever ton haut, me permettant ainsi un bien meilleur accès. Et si je goûtais cet endroit aussi ? Et si je voyais quelle sensation cela te donnera ? Quel frisson je parviendrais à t'arracher ? Et je descend, lentement, ma bouche quittant ton cou désormais goûté pour venir s'amuser avec ce précieux téton qui jusqu'à tout à l'heure était victime de ma main baladeuse. Et je l'attrape entre mes lèvres, et je joue avec, venant y donner un léger coup de dent par moment pour te faire réagir mais ce n'est que le début de ton plaisir car je n'en ai pas finit avec toi, loin de là...

Ma main défait habillement le bouton de ton pantalon, se débarrassant de toute protection pour aller se faufiler sous ces deux tissus qui te protègent. Es-tu gêné par mes gestes ? Apprécies-tu ce traitement que je t'offre ? Vas-y... Profites, enregistre car je compte bien faire en sorte que ton corps ne puisse plus se passer du contact de mes mains.

Serais-je du genre possessif ? Oui mais peut-on parler de cela face à un mec que je ne connais que depuis peu ? Non mais j'aime être en possession de certaines choses, j'aime avoir de l'emprise sur quelque chose et aujourd'hui, c'est sur ton corps et ton esprit que je souhaite avoir une emprise. Prisonnier de mes mains, tu ne peux réagir face à l'attention que je t'offre alors que ma main, désormais faufilé dans ton sous-vêtement, s'empare de ta virilité pour en faire mon jouet personnel. Et là, que ressens-tu, face à ces caresses ?

hrp. Pas de souci =p penses à mettre un ti +18 dans le titre 8D ♥
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Lun 3 Juil - 17:44
Une vague de chaleur plus grande m'envahit quand il s'attaque à mon cou. Doux et léger, il fait ensuite sentir ses dents. Je frissonne. Je retiens un soupir. Je me mordille la lèvre inférieure. Puis un soulagement, un bref répit. Mon haut est relevé et ses lèvres quitte mon cou.

Pour venir là où était sa main. Un nouveau frisson me parcourt, plus fort que les précédents. Des sensations nouvelles font rage dans mon corps. Mon bas-ventre fourmille, ou plutôt papillonne. Quelque soit le nom à lui donner, c'est agréable, plaisant. Puis je gémis, involontairement, lorsque ses dents se font sentir sur mon bouton de chair. Je rougis d'avantage. Je tourne la tête pour le voir. Et c'est alors que la gêne revint vers moi. Je refermais les yeux alors que je sentais qu'il défaisait mon pantalon.

N'était-ce pas trop rapide ?
Les sensations qu'il me faisait vivre maintenant m'allait très bien.
Mais n'avais-je pas envie de plus ?
Ma conscience était parfois trop logique, elle voulait brider mon corps. Mais mon corps se sentait émoustillé par les gestes d'Hayden. Et ce d'avantage quand il faufila sa main vers mon intimité, à même la peau. Je poussais un soupir, rejetant la raison. J'appréciais le contact de sa main sur moi.

J'avais levé ma main libre vers la sienne, baladeuse. J'avais eu un instant envie de saisir son bras pour qu'il retire sa main. Mais si je faisais cela... ça s'arrêterait. Ma main s'agrippa a son avant-bras et glissa vers son poignet en une caresse sans rudesse. C'était comme si je lui disais qu'il pouvait, que c'était bon. Et bon, cela l'était. Mes sens étaient en émois. Je devenais encore plus sensible à mesure qu'il me touchait. J'avais l'impression d'être à l'étroit dans mes propres vêtements. Mais de là à lui demander de me dévêtir... Je rougis à cette pensée. Le lui dire ? Le faire ? Je n'osais pas.

Je me mordis encore la lèvre. J'empêche un nouveau gémissement de sortir, le faisant mourir avant même qu'il ne naisse véritablement. Mais si je m'entendais... cela me gênerait encore plus, cela donnerait l'impression d'être ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 139
Date d'inscription : 05/05/2017
Chambre : E1C
Possédé par : Aaron F. Kirillovski
Numéro de téléphone : +44639703895
RPs : feat. Seraph Takenaka
feat. Aaron Tsune
feat. Aaron F. Kirillovski
feat. Kanan L. Dahut
feat. Konan Loki
Lun 3 Juil - 18:21
Fièvre brûlante et soin particulier

Je sens ton corps se contracter, frissonner à mes caresses. Je sens ton intimité réagir à mesure que je lui offre du plaisir, à mesure que je le flatte de mes caresses et je le sens, dans ma main, devenir bien plus dur qu'il ne l'était alors que tu tentes désespéramment de te retenir pour ne pas me faire entendre ta voix qui pourtant était parvenu à s'échapper quelques secondes avant. As-tu honte de ce qui est en train de se passer ? As-tu honte de ce que je suis en train de te faire ? Toi qui m'agrippe, qui te laisse aller à mes caresses. Es-tu toujours aussi gêner ? À n'en pas douter et je souhaite le voir et mes lèvres quitte ton corps pour pouvoir placer mon visage au-dessus du tiens. Me fuiras-tu après cela ? Ou à l'inverse, me poursuivras-tu ? Je me demande comment tout cela finira. Je me demande dans quel état tu finiras mais te voir ainsi ne peut que me faire sourire et je m'en lécherais presque les lèvres de plaisir mais je préfère emprisonner les tiennes dans un baiser brûlant.

Et je te délivre de ces couches qui t'empêchent de respirer, je délivre ton intimité en la sortant de l'endroit où elle est caché, cet endroit qui devenait bien trop étroit pour ma main et ton membre que je garde prisonnier. Devrais-je y aller plus fort au risque de te briser ? Au risque de te faire fuir ? Qu'importe, mon corps ne cesse de réagir et je suis moi même dans un état second rien qu'à te regarder, rien qu'à te caresser. Je me sens peu à peu à l'étroit mais je me suis promis de ne pas aller plus loin car je souhaite faire de toi ma proie. Une proie que peu à peu je domestiquerais. Une proie qui peu à peu, ne pourra plus se passer de moi. Et c'est toi qui viendra à moi afin de pouvoir assouvir davantage tes envies et ta curiosité, je ne me fais aucun doute à ce sujet, toi qui réagis si bien à mon contact. Ton corps apprécie, ton esprit aussi même si tu sembles gêner et honteux de cela mais quoi de plus normal ? Un homme se faisant dominer par un homme, cela est parfois honteux mais pour celui qui domine, cela est des plus plaisant...

Dans ce baiser insistant, je cherche à te faire ouvrir la bouche pour y insinuer ma langue dans un baiser bien plus langoureux. Jusqu'où tiendras-tu pour cette première fois ? Je me le demande, toi petit être innocent que je suis en train souillé de ma main taquine. Et les mouvements se font un peu plus rapidement, un peu plus fortement, sans jamais chercher à te faire du mal pour autant car il serait bien dommage de t'effrayer et que tu cherches à me fuir alors que je commence à te désirer bien plus...
Code © N3M0


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 30/03/2017
DC : Lawrence Llewellyn
Chambre : 1.6
RPs : En cours :
Aaron
Kaël
Seraph
Hayden
Lucius
Ven 7 Juil - 11:00
Ses lèvres reviennent à la rencontre des miennes. Les yeux fermés, je me laisse porter par les sensations que je ressens. La chaleur m'a envahit complètement. Je sens qu'il m'enlève mon pantalon. De l'étroitesse, on passe à plus d'espace. J'écarte un peu les jambes. Je frisonne davantage en sentant ses caresses plus appuyées. Sa main experte me fait presque perdre la tête.

Mes mains quittent son contact. Elles viennent l'enlacer, s'agripper à son haut, le chiffonnant entre mes doigts. Alors que je fais cela, je sens ma bouche s'ouvrir alors qu'il tente d'y glisser sa langue. J'entre-ouvre les yeux, je le regarde et resserre mes mains sur son haut. Comment lui dire que c'était bon ? Que j'avais l'impression de fondre, d'être dans un nuage moelleux ?
Sa langue rencontre la mienne. Contact chaud, humide. Plaisant. J'ai toujours trouvé ce genre de baiser intime. Pour moi, ce n'est pas un baiser qui se fait en public, c'est celui qu'on se réserve quand on est seul avec l'autre dans une situation ... un peu comme celle-ci.

Je gémis contre ses lèvres. Mon coeur bat la chamade. Je ne tiens plus et pourtant j'aimerais que ça dure encore un peu. Juste un peu. Mais nos lèvres dansent ensemble alors que sa main me procure un plaisir fou.
Je m'étais déjà touché. Je n'étais pas un saint non plus qui repousse tout cela. Parfois, il n'y a vraiment pas le choix. Mais ça ne m'a jamais donné ses sensations. Il n'y avait pas de mots pour tenter de les qualifier. C'était juste... totalement différent.

L'air commence à me manquer. Je mets fin au baiser en le repoussant doucement, je cache mon visage dans le creux de son cou. Je ne tenais plus. Dans un gémissement, un râle de plaisir, je me déverse.
Mon corps se détend. Je me laisse aller sur son lit. Je relâche son haut et mes bras se posent le long de mon corps. Je le regarde, toujours rouge, légèrement de honte mais surtout de plaisir. Je ne pensais pas que cela me plairait autant. Je n'ose pas parler. Je détourne le regard. Et maintenant ?

Je me mordille la lèvre inférieure. Merde alors. Mes pensées déferlent. Une arrivée brusque qui me submerge. Je suis à nouveau perdu dans leur flot.
Revenir en haut Aller en bas
Fièvre brûlante et soin particulier || Hayden [+18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un soin très particulier [Pv Ella Nicholson]
» [X] A morning in autumn [PV Hayden]
» Tous sur les chevaux (repro., soin etc...)
» Quand la Diaspora Tousse, Haïti a la Fièvre
» Garde du corps particulier cherche employeur aisé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters x Servants :: Étage 1 - 1ere année Licence :: Chambre 107-
Sauter vers: