Tu portes ça ! ft RiRil

 :: High Wycombe :: Les Services :: Zone Commerciale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 24 Fév - 22:05
"Tu portes ça !"
Er'ril O'Brien & Noah Hamilton
Boxer en coton simple, d’une couleur unie ou boxer à l’effigie des super-héros de DC surtout ceux de Batman ? Voilà ta plus grande interrogation de la journée, Noah.  Que choisir comme sous-vêtement. Ce n’est pas une décision facile. Il faut que ça soit confortable, que tout se tienne bien en place et cela pour toute une journée. Il ne faut donc pas se tromper. Faire le bon choix. Prendre la bonne décision.

Noah, tu es bien trop pris dans tes réflexions, tes questionnements, ta contemplations des morceaux de tissus, que tu n’entends pas ce bruit de frottements. Ce son de chaussures frottant le sol comme si on trainait les pieds. Prouvant aux clients du centre commercial que la personne n’a aucune envie d’être en ce lieu. En tournant la tête, tu aurais pu remarquer que ce son vient d’une jeune employée qui se traîne vers toi pour te  proposer son aide.

« Mon responsable à remarquer que ça fait vingt minutes que vous restez fixe devant le rayon des sous-vêtements. Est-ce que vous avez besoin de renseignement ? »

C’est le son de sa voix, lasse et fatiguée, qui te fait revenir à toi. Qui te sort de ta contemplation. Ce qu’elle te dit ne te gêne absolument pas. En aucun cas. C’est tout naturel d’être dans ce rayon. Qui ne s’y est pas déjà arrêté pour acheter des sous-vêtements. Beaucoup de personnes en porte. C’est très rare d’en voir sans. Même si ce genre d’homme  existe. Noah, tu n’en fais pas partie. Sauf les fois où tu as la flemme de faire tes machines et que tu n’as plus rien de propre. Ce qui est rare, tu tiens à le faire savoir. Tu n’es pas un gros sale.

Noah, beaucoup peuvent se demander ce que tu es en train de faire. Pourquoi tu restes ainsi devant ce rayon de sous vêtement. Au départ, tu es venu au centre commercial simplement pour acheter des chemises blanches. Avec tes problèmes de saignement de nez, elles commençaient à se faire de plus en plus rares dans ta garde-robe. Beaucoup d’entre elles ont fini dans la poubelle ayant écopé de jolies tache rouge provenant de ton pif.
Te trouvant à faire les magasins, tu t’es dit que tu pouvais en profiter pour acheter des sous-vêtements supplémentaire. Déjà parce que tu aimes en avoir plein en rechange si jamais il arrive un accident. Des petits trous, que quelqu’un les déchires. Mais en plus, tu soupçonnes un de tes colocataires de chambres de piquer tes caleçons en douce. Et ce n’est pas hygiénique. Avec cet achat, tu vas pouvoir les planquer quelque part dans ta chambre pour que personne ne les touche. Pour que ce soit uniquement ta propriété

« Dites-moi Joséphine » Information que tu tiens du badge que porte la demoiselle. « Que préférez-vous que votre copain porte ?  Un boxer d’une couleur unie ou un boxer avec des motifs de super-héros ? »

Autant prendre l’offre qu’elle te fait. L’avis d’une femme peut être très intéressant et instructif.
Joséphine te fait savoir qu’elle voit très bien son copain porter les deux et que ça ne la dérange pas. Il n’y a donc plus de questions à se poser. Ta main se dirige vers Batman. NANANAANA BATMAN. Le super-héros à la cape noir et aux gadgets. Enfant tu voulais avoir les mêmes.
Tu récupères ton panier où se trouvent déjà tes chemises et tu y déposes tes futurs slips noir et jaune.
Maintenant direction la caisse pour payer tes articles. Il n’y a qu’une seule caisse d’ouverte. Donc pas de choix possible. Tu te poses derrière un homme brun. Homme que tu as l’impression d’avoir déjà croisé. Tu ne sais pas trop où. Sûrement à l’université. Dans les dortoirs ou en extérieur.  

« Bonjour ! »

Comme tout homme poli, tu n’oublies pas de le saluer. Peut-être pourriez-vous faire profiter de cet instant pour faire connaissance.
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 17/02/2017
Age : 23
Emploi/loisirs : Doctorat ès lettres (troisième cycle première année) [en devenir Maître de Conférence.]
DC : Sherlock S. Jones.
Chambre : 4-1
Numéro de téléphone : +44075643789
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Mar - 19:47
Noah & Er'rilTotalement Grillé en Caisse
Tu portes ça !

Tu n'as pas l'habitude de sortir. Tu n'aimes pas ça, l'enceinte de l'académie est un cadre qui te convient parfaitement, tu peux y vivre en totale autarcie. Pourtant, aujourd'hui, tu as eu besoin de sortir de ta zone de confort. Il fallait que tu te rendes au centre commercial. Pour quoi ? Un peu de shopping. Ça ne te ressemble pas du tout... En effet, mais tu as lu, tu as vu et tu as écouté aussi... Il y a quelque chose qui te manque dans ta garde-robe. Bien que ce genre de chose ne vienne pas creuser un manque dans ta vie en général, ici, tu as eu envie de te laisser tenter.

C'est ridicule, tu réussis même à en avoir des réactions physiques... Déplacé. Rien que d'y penser. C'est totalement désolant, c'est désastreux. Il s'agit là exclusivement du contenu de ta pensée. Tu sonnes sur toi le glas de la honte dans une marche rapide, précipité pour mettre un terme le plus rapidement possible à ce calvaire. Le rouge aux joues, tu as beau essayer au mieux de le cacher, la honte est un sentiment qui vient de déstabiliser fort jusque dans tes retranchements. Ce n'est pourtant pas grand chose, juste un peu de lingerie, rien d'extraordinaire ! De toute façon, la caissière en aura vu d'autres, tu n'es pas le seul à acheter ce genre d'accessoires !

Ça ne veut rien dire de toute façon. Il faut vraiment que tu arrêtes, tu déglutis avec difficulté, tu passes très rapidement en caisse, pas besoin d'en rajouter. Il y a une longue queue devant toi, tu soupires. Contre toi, tu plaques ceux deux jokstraps et un t-shirt. C'est peut-être encore plus malsain en fin de compte. Tu as pris avec ça un t-shirt super mignon Pokémon, ça rajoute un côté enfantin à la personnalité que tu vas afficher à l’hôtesse de caisse qui va voir ça associé à ces trucs... Mais il y avait un Marshadow dessus ! Ton esprit de fanboy ne pouvait pas résister, un autre combat perdu d'avance...

C'est avec une mine déconfite que tu te retrouves devant le tapis roulant de la caisse... Une boule se forme au niveau de ton estomac, tu hésites à poser tes articles puis renonce. Ça te donne un air encore plus bizarre en définitive... Pourquoi c'est si compliqué que ça d'acheter ce genre de trucs, ça devrait être interdit à la vente en direct ! En même temps, pourquoi ne pas s'être fait livrer ? Quelle idée... Mais tu ne voulais pas avoir à renvoyer ton colis si jamais il ne te convenait pas, puis ça aurait été la même histoire avec le livreur de toute façon... La véritable raison tient surtout que tu venais ici pour essayer, à l'origine.

Pour le dire d'un langage châtié, tu auras déjà laissé la marque de ton passage. Un peu trop d'émotion, sans doute. Aussi, tu ne pouvais plus te résoudre à le reposer comme si de rien en rayon, puis, t'en qu'à faire, pourquoi ne pas prendre les deux modèles qui te plaisaient. Mais ! Vraiment, il faut que tu arrêtes, il n'y a rien de honteux là dedans, pourquoi en faire tout un fromage, c'est juste que tu achètes de la lingerie pour homme, vraiment pas la fin du monde quoi... Respire. Ceux que tu as choisis sont très jolis en plus, pas du tout vulgaires, certains ne sont là vraiment que pour mettre en lumière les parties de l'homme...

Ceux-là, non, ils ont un minimum de tissu, presque comme des beaux boxer que l'on aura dépossédé au niveau du fessier... Non. Impossible. Il n'y a pas de bonnes façons d'envisager les choses, ça ne peut que mal se présenter. Je veux dire, objectivement, elle va encore trouver un défaut sur le code barre, faire une annonce. Sincèrement, tu penses au suicide comme ultime moyen de fuir cette réalité si ce genre de chose devait arriver. Ça serait quand même la honte absolue sur ta personne... On te salue. « Quoi !? », tu te retournes brutalement, qu'est-ce que l'on te veux ? De quoi ça s'agit ??

Ah... Ce n'est que ça... Un autre élève de l'académie. « OH MON DIEU. », échec, ça, c'est ce que tu devais penser très fort, mais, surtout, ne pas dire ! Tu te retrouves rouge comme un pivoine, impossible de prononcer plus de mots, que faire, que dire ou aller ?? Ton esprit ce perd, plus que d'habitude et voilà que l'on t'appelle de l'autre côté, la caissière. Tu lui refourgues violemment les articles et te retournes pour t'accouder de la manière la moins naturelle du monde au tapis. Tu souris niaisement, tu ne sais pas du tout quoi dire. « Oui? On se connaît ? », bravo Er'ril. Grandiose.

avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 19
DC : Saïph A. Katz
Chambre : 302
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Mar - 23:07
"Tu portes ça !"
Er'ril O'Brien & Noah Hamilton
Les centres commerciaux sont toujours de très bons endroits pour faire de nouvelles rencontres. Bonnes ou mauvaises.
Et ça te plaît assez, Noah. De toute manière, tu aimes faire connaissance avec de nouvelles personnes. En apprendre toujours plus sur elle. Découvrir chaque trait de son caractère. Tout savoir. Oui, tu aimes ça.

Mais aujourd’hui ce n’était pas ton intention. En engageant cette conversation. En saluant ce jeune homme qui te semble familier. Tu n’as pas voulu entamer une conversation de présentation. Tu n’as pas voulu faire ton curieux à savoir ce qu’il faisait en ce lieu. Savoir ce qu’il était venu acquérir. Non. Sur le moment, tu as simplement voulu être poli. Être courtois. Ne pas faire l’autruche. Te cacher derrière tes articles en priant tous les dieux pour qu’il ne te reconnaisse pas. Pour pas te sentir mal à l’aise si jamais il t’avait reconnu plus tard.

Donc tu lui as dit bonjour. Tu as pris la parole. Et ce que l’on peut dire est que le jeune homme est surpris de cette prise de parole. Cet élan de surprise te fait même froncer les sourcils, penchant légèrement la tête sur le côté, Noah, étant bien trop forte pour un simple mot amical.

On peut aisément qualifier la réaction du brun d’étrange. Bien trop étrange. Au point que même la surprise ne peut pas excuser cette réaction. Ou peut-être que si. Mais cette réaction t’intrigue, Noah. Elle titille ta curiosité. Tu veux savoir pourquoi il réagit ainsi. Pourquoi un simple et gentil bonjour le met dans cet état ? Pourquoi se couche-t-il à moitié sur la caisse donnant l’impression de cacher quelque chose ? Cachant surement quelque chose. Mais quoi ? Noah, tu veux savoir. Tu ne peux pas laisser passer ça. Il faut que tu connaisses le fin mot de l’histoire. Et tu le sauras. Tu es très têtu. Surtout quand il est question de satisfaire ta curiosité mal placée.

Tu souris au brun. Apportant une réponse à au moins une des interrogations du petit cachottier.

« Je suis Noah Hamilton, élève de dernière année à l’Université de Libérium. Je crois qu’on s’est déjà aperçu dans l’un des établissements de l’école. »

En répondant à la question, tu cherches à satisfaire ton grain de curiosité. Noah, tu décales un peu ta tête, cherchant à voir ce que scanne l’hôtesse de caisses. Essayant de voir les articles de l’homme en face de lui. Tu ne vois que ça. L’élève de Libérium doit être gêné des achats qu’il est en train de faire. Et tu veux savoir pourquoi. Quel article peut être si gênant. C’est un magasin comme tant d’autres et non un sex-shop un peu hard.

« Alors qu’est-ce qui t’amène ici ? Tu as fait des achats intéressants ?»

Tu tournes un tout petit peu autour du pot ne voulant pas avancer tête baisser de peur de foncer dans un mur.

avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 17/02/2017
Age : 23
Emploi/loisirs : Doctorat ès lettres (troisième cycle première année) [en devenir Maître de Conférence.]
DC : Sherlock S. Jones.
Chambre : 4-1
Numéro de téléphone : +44075643789
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Avr - 16:35
Noah & Er'rilTotalement Grillé en Caisse
Tu portes ça !

TBeaucoup trop entreprenant. Il veut savoir, le monde entier veut le savoir, que tu es un immonde porc qui veut porter des sous-vêtements outranciers... La paranoïa ravage mon cerveau, je ne sais plus quoi faire, je baragouine quelques excuses sans le moindre sans, pour la plus part quasi-inaudible de toute façon. Non, mais, vraiment, qu'est-ce qui m'a pris de venir faire des achats de ce style dans un centre commercial si proche de l'académie, j'aurais presque mieux fait d'aller dans un sex-shop... Non, dans un sex-shop d'un autre pays, un pays aux mœurs plus... Ouvertes. Des dévergondés en somme, à Amsterdam par exemple ! Ouais, carrément, j'aurais dû aller aux Pays-Bas putain.

Retour à la réalité, il est tant de faire face à ce jeune garçon qui te dévisage. Il se penche, se tord, il a vraiment l'air intéressé par ce que tu vas acheter, par ce que tu t'apprêtes à ramener au Libérium. Quelle indiscrétion ! Je fronce les sourcils, presque malgré moi. Le masque qu'un certain professeur aura fait chuter fait que mes émotions se lisent beaucoup plus facilement sur mon visage. Le rouge dévore mon visage, de plus en plus, de mieux en mieux. C'est un cauchemar. Je soupire avant d'entamer un discours digne de ce nom. « Je vois. Je suis Er'ril O'Brien, en terminale au Libérium. ».

Bien joué, ça, déjà, c'est fait. Je peux souffler quelques secondes, je n'ai pas à répondre au reste de ses interrogations, je ne suis pas là pour ça après tout. Je passe une main sur mon visage, masse lentement mes paupières. Je ne devrais pas autant me formaliser pour de la curiosité mal placée. Je pourrais aussi bien le lui faire remarquer ou simplement éviter le sujet. « Pas grand chose... ». Trop évasif, ça va se voir que je veux cacher ce que je fiche ici... Je dois trouver autre chose, vite. « Et toi alors ? », j'examine précautionneusement ce qu'il aura choisi. Des boxers... La mine déconfite que j'arbore semble en dire long sur le stress que je viens de m'affliger.

Placer comme ils sont placés, les jockstrap ont l'air de banals boxer, innocents. Je ris un peu, histoire de me détendre un peu plus, de prendre confiance. « Pour tout te dire, je ne suis pas habitué, mais j'ai acheté exactement la même chose que toi, quelques boxers pour renouveler la gamme ! », je lui offre un grand sourire, amplis de sincérité. Le soulagement que je ressens à trouver une porte de sortie à cette impasse jouera très bien le rôle de la bonne foi. Je n'ai plus rien à craindre. La caissière passe le premier article, pas de problème, le second... Encore. Une fois de plus... Non, tout mais pas ça... Elle appelle au micro.

« Besoin d'aide sur un article, plus disponible, il me faudrait le prix. Un... Une sorte de boxer sans tissu aux fesses. Un Jo-cks-trap. ». Soudainement, je blêmis, je crois que je vais me sentir mal, c'est pas possible que ce genre de situation arrive... Je baisse la tête, à peine ai-je pu apprécier le 'succès' présumé de mon entourloupe que la supercherie est révélée, bien fort, aux oreilles de tous. Une cliente derrière nous s'encanaille d'un petit rire amusé. J'ai besoin d'une pelle pour mieux creuser ma tombe... Presque littéralement, j'ai l'impression de mourir. Je déteste être pris en traître dans une situation qui pour moi, me paraît gênante. Je chouine lamentablement, comme seule expression de mon profondément désarroi.

avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 19
DC : Saïph A. Katz
Chambre : 302
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Avr - 19:05
"Tu portes ça !"
Er'ril O'Brien & Noah Hamilton
Er’Ril. L’énigme du prénom est enfin résolue. Comme tu le pensais, cet homme vient bien du même établissement que toi. Finalement, ta mémoire se souvient assez bien des visages que tu croises dans les couloirs. Elle s’améliore au fil du temps. Tu te doutes, que ça ne soit pas de chance pour le jeune homme. Il semble tout gêné par cette situation. Situation que tu trouves plutôt anodine, Noah. Une rencontrer dans un centre-commercial, c’est banal. Faire des achats. Banal. Acheter des sous-vêtements. Banal aussi.

Donc tu ne vois vraiment pourquoi il se couche ainsi sur la caisse. Surtout qu’il n’achète que des boxers. Tu as exactement la même chose dans ton panier et tu le vis assez bien. D’ailleurs quand il te pose la question, à savoir ce que toi, tu es venu chercher, tu lui fais un petit mouvement de la tête en direction de ton panier, que tu soulèves en même temps, Noah. Pour qu'ainsi, il détaille parfaitement ce qui compose tes futurs achats.

Le sourire qu’il affiche te fait dire que tout est fini. Qu’il va pouvoir se calmer. Que tu vas pouvoir arrêter de faire ton curieux, ta curiosité s’étant rassasié des informations qu’il t’a donné. Tout ceci aurait pu se produire. Mais la caissière n’est pas de ton avis. Elle vient mettre son grain de sel dans vos affaires en annonçant une chose bizarre au micro.

Jockstrap ? Quésako ? Tu ne connais pas. Mais par chance, la caissière décrit en détail le vêtement. Qui s’apparente plus à un sous-vêtement sexy plus qu’à un sous-vêtement confort. Ta curiosité est encore piquée à vif. Tu veux savoir. Tu veux connaitre. Mais tu ne sais pas si tu peux demander à Er’Ril. Tu l’entends chouiner. Tu comprends, à moitié, que pour lui cette situation n’est pas marrante. Tu comprends qu’il voudrait vite sortir d’ici et qu’on l’oublie. Que tout le monde oublie ce qui vient de se passer. Et tout le monde oubliera. Mais pour le moment, tu veux savoir. Et par chance un connaisseur se tient devant toi. S’il en achète, c’est qu’il en porte. Autant en profiter. Après tu promets de ne plus le déranger.

« Je ne connais pas ce genre de sous-vêtement. Dis-moi… Est-ce que c’est confortable à porter ? Tout se tient bien ? Est-ce que ce n’est pas désagréable la sensation du tissu rêche qui frotte contre la peau du fessier ? Quoi que tu vas me dire que pour ça, c’est la même chose que se balader sans sous-vêtement.»

Comparé à Er’Ril tout gêné par cette situation, toi, Noah, tu n’éprouves aucune gêne. Tu ne vois pas pourquoi tu le serais. Ce n’est pas toi qui vas juger. Ce n’est pas du tout ton style. De plus, pour toi, toute personne est libre d’acheter et de porter ce qu’ils désirent. Alors tu n’as vraiment rien à dire. De plus, cette rencontre te permet de t’informer. D’en apprendre plus.

avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 17/02/2017
Age : 23
Emploi/loisirs : Doctorat ès lettres (troisième cycle première année) [en devenir Maître de Conférence.]
DC : Sherlock S. Jones.
Chambre : 4-1
Numéro de téléphone : +44075643789
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 14:58
Noah & Er'rilTotalement Grillé en Caisse
Tu portes ça !

L'explosion souffle les dernières frontières d'amabilité qu'il lui reste. L'animal blessé a tendance à se rebiffer, c'est ce que l'on dit. Voilà le genre de dynamique dans laquelle cette profonde honte le plonge. Longuement, Er'ril expire, puis, retrouve un rythme respiratoire plus calme, plat. La rage le tétanise un moment. Il sourit, le visage prit de quelques soubresauts, comme des rictus maladifs qui viennent prendre possession d'un sourire qui paraît tout sauf amical. Il dévisage l'autre qui se moque, ou plutôt que ce qu'il dit, Er'ril l'entend comme de la mesquinerie.

« Vous n'en aurez jamais assez, n'est-ce pas. » on ne saurait déceler la moindre trace de doute ou d'hésitation dans le ton acerbe que le nabot emploie.

S'il laissait son corps s'exprimer, il roulerait des mécaniques. Tous crocs dehors, le corps s'électrise, la peau fourmille de plusieurs frissons, les poils se hérissent. Ce n'est pas qu'il a nécessairement une dent contre ce... Noah. Il s'agit simplement de son mécanisme de défense lorsqu'il n'est pas à l'aise, les situations de cet acabit ont tendance à le rendre nerveux, agressif, voir violent. Bien entendu, il n'en viendra pas aux mains. En revanche, s'il peut tenter de laminer le grand baudet sur place, il ne se gênera pas.

« Quel genre de perversion sadique vous prend quand en sachant pertinemment que vous allez mettre les gens extrêmement mal à l'aise, vous continuez avec vos questions profondément indiscrètes. La notion de vie privée vous est-elle inconnue ? On vous a élevé chez les chiens ma parole... » envolé le sourire au fil de cette tirade, il laisse place à une déformation nette, le nez retroussé, le regard poignarde, on lit toutes les mimiques du mépris se former sur le visage posé à plat d'Er'ril, comme un tableau de maître auquel on aurait apporté toutes les nuances d'une même couleur, la haine.

Il ne peut pas supporter d'être effleuré dans ces moments-là, la caissière n'aurait pas parlé, tout aurait été bien qui finit bien. Lui n'aurait pas insisté, nul besoin de s'échauder, la curiosité malsaine qui le caractérise n'aura pas mit la pression au jeune brun, il n'aura pas fini par exploser. Bienvenue, désormais, au café-théâtre. Er'ril n'en démordra pas sans excuses, sans un trophée quelconque pour redorer à ses yeux son honneur. Pourtant, il se lance sur toutes les pistes qu'il pourrait imaginer pour le piquer, le heurter. Il veut faire réagir Noah, le déstabilisé.

À bien y penser, c'est encore l'un de ces énièmes concours de celui qui aura la plus longue. Er'ril est décidément toujours le même, maltraité, aimé, repoussé ou cajolé, rien ne l'aura rénové de fond en comble. Voilà de quoi il s'agit, d'une nouvelle occasion toute trouvée de tester ses aptitudes sur autrui, peut-il le faire craquer ? Peut-il le rompre ? Peu importe s'il lui colle la rouste de sa vie, si Noah le fait, il a perdu. Il n'y a que le plan mental auquel Er'ril accorde de l'importance (de l'origine du respect qu'il nourrit pour un certain sociopathe).

avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 19
DC : Saïph A. Katz
Chambre : 302
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters x Servants :: High Wycombe :: Les Services :: Zone Commerciale-